Acquisition de nationalité en Europe : baisse globale en 2011| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Acquisition de nationalité en Europe : baisse globale en 2011

le 5 12 2013 Archives.

Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne, a publié les chiffres sur l’acquisition de nationalitéNationalitéLien juridique donnant à un individu la qualité de citoyen d’un Etat. dans les États membres de l’Union européenne (UE). En 2011, 783 100 personnes ont acquis la nationalité d’un des 27 États membres, ce qui représente une baisse de 4% par rapport à 2010. Cette diminution intervient après trois années consécutives de hausse.

En 2011, les octrois de nationalité ont été les plus nombreux au Royaume-Uni (177 600 personnes, moins 9% par rapport à 2010), en France (114 600, -20%), en Espagne (114 600, -6%), en Italie (56 200, -15%) et en Allemagne (109 600, +5%). Ces cinq États membres représentent près de 75% des nationalités octroyées. Par rapport à la population totale de chaque pays, les taux d’octrois de nationalité les plus élevés ont été constatés au Luxembourg (6,6 octrois de nationalité pour 1 000 habitants), en Suède (3,9), au Royaume-Uni (2,8) et en Belgique (2,7). Les nouveaux citoyens de l’UE sont principalement originaires d’Afrique (26% du total des acquisitions de nationalité), d’Asie (23%), de pays européens hors UE (19%), d’Amérique du Nord et du Sud (17%), d’autres États membres de l’UE (11%). Ce sont majoritairement des femmes (52%). Près d’un tiers des nouveaux citoyens ont moins de 25 ans, moins de 7% sont âgés de 55 ans et plus.

La nationalité est le lien juridique entre une personne et un État. Elle est acquise à la naissance, par naturalisationNaturalisationProcédé par lequel un individu acquiert une nationalité autre que sa nationalité d’origine. ou par d’autres moyens, conformément à la législation nationale. La naturalisation est le processus par lequel un État octroie sa nationalité par un acte officiel et à la demande de la personne concernée. Les autres moyens de se voir octroyer la nationalité d’un État concernent les conjoints des ressortissants de cet État, les mineurs adoptés par des ressortissants et les descendants de ressortissants nés à l’étranger qui reviennent dans le pays d’origine de leurs ancêtres.

Rechercher