Admission Post-Bac : Etalab préconise de publier son code source [20170426]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

Imprimer

Admission Post-Bac : Etalab préconise de publier son code source

le 26 04 2017

Le 21 avril 2017, la mission Etalab a remis son rapport sur les conditions d’ouverture du système Admission Post-Bac (APB) au secrétaire d’État chargé de l’enseignement supérieur.

APB, un système jugé opaque

La plateforme APB a été lancée en 2009 afin de simplifier, en les regroupant sur un portail unique, les démarches de pré-inscription dans l’enseignement supérieur.

APB, qui concerne chaque année plus de 850 000 candidats, donne accès à la quasi-totalité des formations post-bac, qu’il s’agisse des filières sélectives (classes préparatoires, BTS, DUT, etc.) ou des filières non-sélectives (universités). Parmi les filières non-sélectives, certaines disposent d’un nombre insuffisant de places par rapport aux demandes d’inscription (par exemple en droit ou en études de santé). Pour ces filières en tension, APB met en œuvre des critères de priorité et peut, en dernier recours, tirer au sort les candidats.

APB est un système complexe composé de plusieurs modules dont un algorithme de classement (pour le classement des filières non sélectives) et un algorithme d’affectation (traitements d’affectation des candidats).

Ce système est souvent critiqué par les lycéens qui le trouvent opaque. En outre, ces derniers ont des difficultés à hiérarchiser leurs vœux et sont obligés d’être stratèges dans leurs choix.

Les recommandations d’Etalab

Face à la demande de transparence des utilisateurs, Etalab recommande la publication rapide de la dernière version du code source d’APB et de ses données (après anonymisation). A cette occasion, il propose la tenue d’ici septembre 2017 d’un hackathon #OpenAPB en lien avec des chercheurs, des collectifs de lycéens, des rectorats.

Au-delà, la mission préconise de :

  • mettre à disposition le code source d’APB sur une plateforme ouverte au public ;
  • soumettre le code source à une licence de réutilisation "permissive" ;
  • prévoir le passage d’APB dans un modèle de développement ouvert aux contributions externes de développeurs et chercheurs afin d’améliorer le système (en proposant de nouveaux services comme des conseils personnalisés sur l’orientation) et de faire un travail de médiation auprès du grand public ;
  • créer un ensemble de jeux de données fictives représentatives des vœux des lycéens et des propositions des établissements, permettant de simuler et rejouer le système.

En octobre 2016, après saisine de la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada), l’association Droits des lycéens avait obtenu du ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’enseignement supérieur un accès partiel au code source d’APB mais seulement sous format papier. La loi pour une République numérique a consacré depuis le principe de l’ouverture des algorithmes publics.

Rechercher