Après Xynthia : comment lutter contre l’érosion côtière ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Après Xynthia : comment lutter contre l’érosion côtière ?

le 10 11 2011 Archives.

Le 2 novembre 2011, le groupe de travail présidé par Alain Cousin, député UMP, a remis à la ministre de l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, un rapport proposant une feuille de route nationale en matière de lutte contre l’érosion côtière et le recul du trait de côte (limite entre la terre et la mer).

Installé en décembre 2010 et composé de représentants des cinq collèges du Grenelle de la mer (Etat, collectivités, ONG, syndicats, professionnels), le groupe a permis l’adoption d’une série de propositions qui s’articulent autour de quatre axes :

  • doter la France d’une cartographie qui permette d’observer l’évolution de l’érosion côtière de sorte à identifier, pour chaque façade maritime, des "zones à érosion forte" où l’action publique se fera en priorité,
  • élaborer des "stratégies locales" partagées entre les acteurs (État, collectivités territoriales, propriétaires privés, etc.) dans les territoires à érosion forte, en conditionnant notamment les autorisations de construction de dispositifs de défense contre la mer à la réalisation d’études d’impact,
  • renforcer la prise en compte de l’érosion côtière dans les documents de planification et d’urbanisme, les plans de prévention des risques et les autorisations d’occupation du domaine public maritime,
  • lancer un appel à projets, au bénéfice des collectivités locales, pour expérimenter les solutions de "repli stratégique" et de "relocalisation des biens et des activités".

La ministre a indiqué que ces préconisations seraient intégralement reprises dans la future stratégie nationale de gestion du trait de côte qui doit être présentée en fin d’année.

Mots clés :

Rechercher