Audiovisuel : phase d’équité renforcée pour les temps de parole des candidats à la présidentielle [20170321]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Audiovisuel : phase d’équité renforcée pour les temps de parole des candidats à la présidentielle

le 21 03 2017

Avec la publication au Journal officiel du 21 mars 2017 de la liste des onze candidats à l’élection présidentielle, une nouvelle période de la campagne électorale audiovisuelle s’ouvre.

Une nouvelle période d’équité renforcée entre candidats

Les règles relatives à la campagne audiovisuelle ont été modifiées par la loi organique du 25 avril 2016 de modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle. Durant la période allant de la publication de la liste officielle des candidats jusqu’à la veille de la campagne officielle, le principe d’équité remplace désormais le principe d’égalité des temps de parole et d’antenne. L’équité implique que les télévisions et les radios allouent aux candidats et à leurs soutiens des temps de parole ou d’antenne en tenant compte de leur représentativité et de leur implication effective dans la campagne.

Durant cette même période, les médias doivent en outre veiller à offrir aux candidats des "conditions de programmation comparables" en s’assurant que chacun aura accès à des émissions faisant la même audience. Ainsi, si un candidat participe à une matinale à la radio, ses adversaires peuvent prétendre à être reçus pendant la même tranche horaire.

Cette période d’équité renforcée suit la première période de la campagne audiovisuelle d’équité simple entre les candidats qui a commencé le 1er février et s’est achevée le 20 mars 2017. Une troisième période cette fois-ci de stricte égalité entre les candidats débutera à partir du 10 avril, date d’ouverture de la campagne officielle.

Le rôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) est chargé de vérifier que les télévisions et les radios respectent les règles fixées pour la couverture de la campagne. Il veille au décompte des temps de parole et d’antenne des candidats à l’issue de chaque période. A partir de la publication de la liste officielle des candidats, il publie au moins une fois par semaine le relevé des temps de parole et d’antenne des candidats et de leurs soutiens.

Il peut signaler aux médias les déséquilibres qu’il constate. C’est ce qu’il a fait le 8 mars 2017 à la suite de l’avance prise par François Fillon dans la campagne médiatique.

Le CSA peut également mettre en demeure les médias qui ne respectent pas leurs obligations et être saisi des candidats qui s’estimeraient lésés.

Il peut enfin recevoir les contestations des particuliers relatives au traitement de l’actualité électorale.

Rechercher