Autonomie des universités : les objectifs ne sont pas atteints [20130412]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Autonomie des universités : les objectifs ne sont pas atteints

le 12 04 2013 Archives.

La Commission sénatoriale pour le contrôle de l’application des lois a publié le 3 avril 2013 un rapport sur la loi relative aux libertés et responsabilités des universités de 2007 (loi LRU). Selon les rapporteurs, Dominique Gillot et Ambroise Dupont, la loi a engendré un choc culturel dans le monde universitaire sans atteindre ses objectifs. Plutôt que de l’abroger, ils recommandent de la toiletter.

La loi LRU avait pour objectif de transférer aux universités la gestion budgétaire et financière de leurs établissements (jusque-là assurée par l’État), de réformer leur gouvernance, afin d’améliorer leurs performances. Le rapport salue l’ouverture de l’université sur le monde économique, la possibilité de mettre en place une gouvernance adaptée aux situations locales et l’évaluation externe des établissements par une agence indépendante. Cependant, le rapport regrette qu’aucune évaluation des transferts de change n’ait été réalisée au moment du passage aux "responsabilités et compétences élargies". Cette absence a eu des conséquences sur certains établissements qu’ils n’ont toujours pas surmontées. Les universités peinent toujours à s’affirmer comme une voie de formation d’excellence. Les étudiants continuent trop souvent à choisir l’université par défaut. Le recours massif à l’embauche de contractuels sur fonds propres des universités fait craindre un développement de la précarité de ces personnels d’autant que les universités n’ont pas réussi à diversifier leurs sources financement. Souvent les universités ont multiplié les nouvelles formations, sans évaluation des besoins réels de leur environnement économique et des attentes du public étudiant. Enfin, l’amélioration de la qualité de vie des étudiants, lorsqu’elle existe, est plutôt le résultat de bonnes volontés locales (Maison de la réussite à La Rochelle, création d’épiceries sociales et solidaires, etc.).

Présenté le 20 mars 2013 en Conseil des ministres, le nouveau projet de loi de l’enseignement supérieur et de la recherche, insiste notamment sur le retour d’un "État stratège" ayant les moyens de définir des priorités nationales pour la recherche d’ici 2020. Il doit être débattu au Parlement à partir du 13 mai 2013.

Mots clés :

Rechercher