Brexit : quelles conséquences d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ? [20160609]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Brexit : quelles conséquences d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ?

le 9 06 2016

Le 23 juin 2016, les citoyens britanniques sont appelés à se prononcer sur une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE). A quelques jours de ce référendumRéférendumProcédure de vote permettant de consulter directement les électeurs sur une question ou un texte, qui ne sera adopté qu’en cas de réponse positive., le Sénat a publié le 1er juin 2016 un rapport d’information sur les conséquences économiques et budgétaires d’un éventuel "Brexit" (pour British Exit), qui, selon le rapporteur Albéric de Montgolfier, sont difficiles à évaluer.

En effet, si le traité sur l’Union européenne (TUE) prévoit que tout État membre peut décider de se retirer de l’Union (article 50), les conditions concrètes de cette nouvelle procédure restent inconnues, puisque jamais encore éprouvées. Une autre inconnue réside dans la nature des relations futures entre le Royaume-Uni et l’Union européenne en cas de Brexit. Plusieurs options sont possibles avec des conséquences diverses sur l’accès au marché unique, la contribution au budget européen ou l’application de la législation européenne :

  • rattachement du Royaume-Uni à l’Espace économique européen (EEE), à l’instar de la Norvège, de l’Islande ou du Liechtenstein ;
  • négociation d’un accord bilatéral entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, sur le modèle des accords liant la Suisse, la Turquie, ou encore le Canada à l’UE ;
  • absence d’accord spécifique entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, les relations commerciales seraient encadrées par les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Quelle que soit l’option, le rapport indique qu’à court terme, le Brexit devrait avoir des conséquences négatives sur le financement de l’économie, la consommation et les investissements et entraîner de probables départs d’entreprises du Royaume-Uni. A long terme, le rapport évalue l’incidence sur le produit intérieur brut (PIB) britannique dans une fourchette comprise entre -1,6% et -4,1%, soit une perte de revenu par habitant comprise entre 1 000 et 2 600 euros. Les économies budgétaires seraient limitées car les autorités britanniques pourraient être contraintes de financer au niveau national une large part des dépenses actuellement portée par le budget de l’Union. Le Brexit devrait aussi avoir un coût significatif pour les autres États membres. La France pourrait ainsi voir gonfler sa contribution au budget de l’UE de 1,2 milliard d’euros, et l’Allemagne de 2,8 milliards.

Mots clés :

Rechercher