Imprimer

CAP, Bac Pro : les pistes pour réformer la filière professionnelle

le 6 03 2018

Céline Calvez, députée, et Régis Marcon, cuisinier restaurateur, ont remis le 22 février 2018 au ministre de l’Éducation nationale un rapport sur l’avenir de la voie professionnelle. Ce rapport doit nourrir le projet de loiProjet de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative du gouvernement. sur la réforme de l’enseignement professionnel, prévu en avril 2018.

Donner plus de place à l’orientation, réduire le nombre de spécialités

Les auteurs du rapport jugent nécessaire de revaloriser la filière professionnelle, une filière mal connue et mal aimée, qui accueille un lycéen sur trois, soit 700 000 élèves. Ils considèrent que l’amélioration du dispositif d’orientation vers la voie professionnelle est la première des priorités. Une des pistes formulée est de renforcer l’articulation du stage de classe de troisième avec le projet d’études de l’élève dans le cadre du parcours Avenir.

La réduction du nombre de certificats d’aptitude professionnelle (CAP) et des baccalauréats professionnels est également préconisée. L’hyper spécialisation actuelle contribue à la faible lisibilité de la filière professionnelle. Les spécialités seraient regroupées par grandes familles de métiers.

Pour chaque élève, un projet professionnel personnalisé et progressif serait instauré :

  • en seconde, l’élève préciserait son choix de spécialité au sein d’une famille de métiers, elle-même choisie en classe de troisième ;
  • en fin de la seconde, il opterait pour une spécialité et une modalité de formation (scolaire ou apprentissage) ;
  • en première, il préparait son choix de poursuite d’études ou d’insertion professionnelle, qui ferait l’objet d’un module d’accompagnement en terminale (recherche d’emploi et reprise de formation/poursuite d’études ou spécialisation).

Quant au CAP, il serait modulable dans sa durée suivant le profil des élèves.

Adapter les formations aux besoins des entreprises et des territoires

Le rapport suggère également :

  • de repenser l’alternance et mieux encadrer les périodes de formation en milieu professionnel ;
  • d’associer davantage les professionnels à l’élaboration des diplômes professionnels ;
  • de prévoir dans les référentiels la possibilité d’une adaptation territoriale ou sectorielle des diplômes professionnels ;
  • de dynamiser les campus des métiers et des qualifications ;
  • de faciliter les mobilités européennes et internationales des élèves et des enseignants.

Mots clés :

Rechercher