Chikungunya : inquiétude et mesures d’urgence| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Chikungunya : inquiétude et mesures d’urgence

le 8 02 2006 Archives.

Depuis avril 2005 une épidémie sévit à La Réunion : le chikungunya transmis par les moustiques. La maladie a d’abord été considérée comme bénigne, mais la durée de l’épidémie a conduit le ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de la santé à constituer une mission d’étude qui a remis son rapport à la fin du mois de janvier 2006. Après une analyse des difficultés qui ont empêché de contenir l’épidémie à ses débuts, elle formule des propositions concernant la communication vers le public, la prise en charge des malades, la surveillance épidémique et la lutte contre les moustiques.

Leur mise en oeuvre est urgente, une nouvelle poussée épidémique (15 000 nouveaux cas hebdomadaires au début du mois de février, selon l’Institut national de veille sanitaire) faisant apparaître des formes nouvelles et graves de la maladie alors que les incidences économiques commencent à être sensibles (sur le plan touristique notamment). En l’absence de traitement préventif ou de vaccin la seule mesure efficace est la lutte contre les moustiques : environ 2 000 militaires sont aujourd’hui chargés de cette tâche. La désinsectisation des écoles a par exemple entraîné un report de la rentrée scolaire.

Les particularités de ce moustique, qui peut se reproduire dans le moindre verre d’eau, ne permettent pourtant pas d’être assuré d’un succès rapide, d’autant plus que, selon l’Institut national de veille sanitaire, le pic épidémique n’est pas encore atteint.

Rechercher