Imprimer

Climat : ouverture de la COP24 le 2 décembre 2018 à Katowice

le 30 novembre 2018

La 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), communément appelé COP24, se tient à Katowice, en Pologne, du 2 au 14 décembre 2018. L’objectif est de parvenir à des règles précises d’application de l’Accord de Paris, négocié en 2015 dans le cadre de la COP21 sur le climat.

Quoi de neuf depuis l’Accord de Paris ?

Adopté le 12 décembre 2015 lors de la COP21, l’Accord de Paris vise à contenir l’élévation de la température globale à moins de 2°C, à renforcer les capacités d’adaptation des pays au changement climatique et à orienter les flux financiers vers des activités économiques à faibles émissions de gaz à effet de serre.

Depuis la conclusion de l’accord, l’utilisation des énergies renouvelables a globalement augmenté.

Cependant, le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), publié en octobre 2018, souligne les limites de l’Accord de Paris : les émissions de gaz à effet de serre sont de nouveau en hausse après une période de stagnation et les financements des engagements pris lors de la COP21 ne sont pas suffisants.

Après d’encourageantes stabilisations entre 2014 et 2016, les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse en 2017, atteignant un record historique de plus de 53 milliards de tonnes, selon un rapport de l’ONU publié le 17 novembre 2018.

Dans une résolution adoptée le 25 octobre 2018, le Parlement européenParlement européenInstitution de l’Union européenne représentant les citoyens des États membres estime que toutes les politiques de l’Union européen (UE) devraient s’aligner sur les objectifs à long terme de l’Accord de Paris. Il juge que les engagements actuels se contentent de limiter le réchauffement à une augmentation de la température d’environ 3,2 degrés.

Les enjeux de la COP24

La COP24 doit aboutir à la mise en place opérationnelle des engagements pris lors de l’Accord de Paris, en 2015. Des plans d’actions précis et contraignants doivent être négociés. Les pays signataires sont également appelés à définir des financements " climat" qui incluent l’assistance internationale aux victimes des changements climatiques.

Le financement des mesures sera au centre des discussions à Katowice, d’autant que la COP22 et la COP23 n’ont pas permis de réelles avancées sur cette question. Les pays en développement veulent s’assurer que les flux financiers qu’ils perçoivent pour transformer progressivement les modes de développement, croissent de façon compatible avec l’objectif que se sont fixés ces pays à Copenhague, à savoir, de mobiliser 100 milliards de dollars par an.

Mots clés :

Rechercher