Imprimer

Compétitivité de l’agriculture et de l’agroalimentaire : les propositions du Cese

le 1er 02 2018

En parallèle aux États généraux de l’alimentation, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) s’est saisi de la question de la compétitivité de la filière agricole et agroalimentaire française. Il a adopté son avis le 24 janvier 2018, quelques jours avant la présentation en Conseil des ministresConseil des ministresFormation collégiale réunissant l’ensemble des ministres. du projet de loiProjet de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative du gouvernement. pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et agroalimentaire.

La compétitivité au service d’un développement équilibré

Le secteur agricole dispose de nombreux atouts (qualité et diversité des produits, richesse et diversité des territoires, savoir-faire, respect des normes environnementales et sanitaires, entreprises de premier plan, etc.). Cependant, ce secteur économique est confronté à des difficultés croissantes (crises sanitaires, faibles revenus des agriculteurs, concurrence, etc.) et à des enjeux nouveaux (changement climatique, agro-écologie).

Dans le domaine de l’agro-alimentaire, la production ne peut pas être orientée vers la seule compétitivité mais doit prendre en compte d’autres paramètres comme la qualité des produits, le mieux vivre des populations ou la préservation de l’environnement.

Il s’agit de poursuivre trois objectifs à la fois :

  • satisfaction des besoins alimentaires des consommateurs, tout en limitant les importations et en renforçant la souveraineté alimentaire ;
  • encouragement de productions exportatrices génératrices de valeur ajoutée ;
  • mise en œuvre des systèmes de production préservant les emplois.

Principales préconisations

Pour y parvenir, le Cese identifie plusieurs orientations conditionnant le renforcement de la compétitivité. Elles concernent ainsi :

  • le choix des productions et leurs modes d’élaboration : adapter les productions aux évolutions des comportements alimentaires des consommateurs, rechercher la différenciation plutôt que de tenter de concurrencer des pays ayant des coûts de production plus faibles ;
  • l’application de normes sanitaires sociales et environnementales : il s’agit de revoir la réglementation internationale en imposant le respect des mêmes obligations pour tous, d’interdire l’accès à l’UE des produits qui ne satisfont pas aux normes communautaires ;
  • la clarification du droit de la concurrence : le Cese souhaite que soit réaffirmée en France l’interdiction de l’achat au producteur en dessous du prix de revient (coût de production et rémunération du travail) ;
  • l’orientation des politiques de recherche, d’investissement, d’appui technique, de formation et d’enseignement agricole et agroalimentaire pour soutenir la transition écologique de l’agriculture et de l’agroalimentaire ;
  • l’information sincère et complète des consommateurs.

Mots clés :

Rechercher