Crise économique : comment soutenir la presse écrite ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Crise économique : comment soutenir la presse écrite ?

le 13 01 2009 Archives.

Le Livre vert remis à la ministre de la Communication le 8 janvier 2009 rassemble plus d’une centaine de recommandations émises par les groupes de travail des Etats généraux de la presse. Mis en place par le chef de l’Etat depuis le 2 octobre 2008, ce forum de réflexion devait permettre de répondre aux difficultés de la presse écrite, confrontée notamment au développement de l’internet et des journaux gratuits.

Les mesures proposées portent sur les aspects économiques et industriels de ce secteur, sur le numérique, sur l’avenir des métiers du journalisme et sur les rapports entre la presse et la société. Le délégué à la coordination des Etats généraux, Bernard Spitz, préconise par ailleurs trois « mesures d’urgence » destinées à permettre de surmonter la crise économique. Il s’agit de reporter d’un an l’augmentation des tarifs postaux prévus par les accords presse-Poste de juillet 2008, d’exonérer temporairement les marchands de journaux d’une partie de leurs charges sociales, ainsi que de réorienter immédiatement en faveur de la presse écrite les dépenses de communication de l’Etat.

Parmi les réactions suscitées par le rapport, le SyndicatSyndicatAssociation de personnes dont le but est de défendre les droits et les intérêts sociaux, économiques et professionnels de ses adhérents. national des journalistes (SNJ) « note avec satisfaction » qu’un certain nombre d’hypothèses de travail, comme la dérégulation totale des droits d’auteur, n’ont finalement pas été retenues. Cependant, il déplore notamment que la « nécessaire reconnaissance par la loi de l’indépendance des équipes rédactionnelles » par rapport aux éditeurs ne soit pas évoquée, ce que le SNJ impute à « la surreprésentation des éditeurs dans les groupes de travail ».

Mots clés :

Rechercher