Imprimer

Dépenses de santé : une croissance de 1,3% en 2017

le 18 septembre 2018

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie en septembre 2018 les comptes de la santé qui synthétisent les faits marquants de l’année 2017 et soulignent notamment une faible croissance des dépenses de santé. La France consacre au total 11,5% de son produit intérieur brut (PIB) à la santé.

Une faible croissance des dépenses de santé

En 2017, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) s’élève à 2 977 euros par habitant, soit au total 199,3 milliards d’euros (8,7% du PIB). Ce montant comprend les dépenses de soins hospitaliers (92,8 milliards d’euros), les soins de ville (53,4 milliards d’euros), les médicaments délivrés en ville (15,5 milliards d’euros) et les autres biens médicaux, comme les transports sanitaires, l’optique, etc. (5 milliards d’euros).

Les dépenses de santé augmentent moins en 2017 que les années précédentes notamment en raison de :

  • un fort ralentissement de la croissance du volume des soins hospitaliers (+0,9% contre +1,7 % en 2016) ;
  • la baisse de la consommation de médicaments en ville pour la troisième année consécutive ;
  • le ralentissement de la croissance des dépenses de transports sanitaires.

Le reste à charge des ménages s’établit à 7,5% (contre 9% en 2008).

Une hausse des dépenses de santé liées aux affections de longue durée (ALD)

Entre 2011 et 2016, les dépenses de santé liées aux affections de longue durée augmentent de 3,8% en moyenne par an. Le dispositif ALD vise à réduire le reste à charge des patients atteints d’une maladie chronique nécessitant un traitement prolongé et des soins particulièrement coûteux. Les bénéficiaires de l’ALD représentent 16% des assurés sociaux et concentrent 57% des dépenses de santé soumises au remboursement.

Le vieillissement de la population accroît les dépenses de soins des personnes en ALD :

  • les pathologies couvertes par les dépenses d’ALD sont plus fréquentes chez les personnes âgées ;
  • la part des assurés sociaux de 60 ans et plus est passée de 21,7% en 2011 à 23,5% en 2016.

La part des dépenses restant à la charge des patients en ALD est quasi stable entre 2011 et 2016.

Mots clés :

Rechercher