Imprimer

Dérives sectaires : en hausse dans le domaine de la santé et de l’alimentation

le 3 04 2018

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a remis son rapport public annuel le 23 mars 2018. Il couvre l’année 2016 et le premier semestre 2017. Pendant cette période, la Miviludes a reçu 2 323 saisines.

Les tendances du phénomène sectaire

Les saisines reçues à la Miviludes montrent une nette augmentation des interrogations sur les thérapies alternatives. La mission s’inquiète du développement d’offres potentiellement sectaires dans le domaine de la santé, du bien-être et du développement personnel. Le rapport s’attarde notamment sur deux méthodes de soins jugées inquiétantes : le reiki et la kinésiologie.

De même, de nouvelles pratiques alimentaires strictes peuvent accompagner des pratiques spirituelles et mettre en danger les adeptes. C’est le cas, par exemple, de comportements alimentaires extrêmes comme les jeûnes prolongés ou des régimes très carencés qui entraînent un affaiblissement physique. Cette affaiblissement peut lui-même entraîner une moindre résistance psychologique et être utilisé comme technique de manipulation par des mouvements sectaires.

Dans le domaine de l’enseignement, la Miviludes observe aussi une augmentation du risque sectaire avec le développement de l’enseignement à domicile et des écoles privées hors contrat. Dans la formation des adultes, des abus peuvent être constatés dans le coaching et le secteur du développement personnel.

Quatre études thématiques

Le rapport, outre un focus sur la radicalisation, comprend quatre études thématiques :

  • la résistance aux vaccinations ;
  • les spécificités des violences exercées à l’encontre des enfants dans les groupes sectaires ;
  • les maltraitances financières à l’égard des personnes âgées ;
  • les mécanismes cognitifs et les résonances émotionnelles dans le processus de radicalisation violente.

Mots clés :

Rechercher