L’école maternelle : un facteur de réduction des inégalités [20130919]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

L’école maternelle : un facteur de réduction des inégalités

le 19 09 2013 Archives.

Le ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’Éducation a conduit, en 2011, une étude pour évaluer les acquis des enfants à la sortie de l’école maternelle au moment de leur entrée au cours préparatoire (CP). Cette étude a été menée dans les mêmes conditions qu’une précédente enquête réalisée en 1997. Les résultats sont publiés par le ministère dans une note d’information datée de septembre 2013.

En 1997 comme en 2011, les élèves ont été évalués dans divers domaines : prélecture, numération, écriture, compréhension orale, repérage dans le temps, etc. Il apparaît qu’entre ces deux dates les performances des élèves ont progressé de façon significative. En 1997, le pourcentage des élèves les plus faibles s’élevait à 10%, il est réduit à 3% en 2011. Dans le même temps, le pourcentage des élèves présents dans les niveaux de performance les plus élevés passe de 25% en 1997 à 46% en 2011. En parallèle, l’étude montre que les caractéristiques socio-économiques des familles a également évolué. De 1997 à 2011, le niveau de diplômes des familles s’est élevé (le taux de diplômés de l’enseignement supérieur passe de 22% à 42% chez les mères), la situation professionnelle des parents a également changé (moins de mères inactives, moins de pères ouvriers). Néanmoins, l’évolution de la population ne peut suffire à expliquer de meilleures performances chez les élèves car les progressions les plus fortes sont mesurées chez les élèves issus des catégories les plus défavorisées. Les responsables de l’étude en concluent que l’école maternelle contribue à la réduction des inégalités sociales.

Mots clés :

Rechercher