Economie : la place du secteur associatif et de l’action sociale| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Economie : la place du secteur associatif et de l’action sociale

le 17 06 2011 Archives.

L’étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques ("INSEE Première" de juin 2011) décrit la place du secteur associatif et de l’action sociale dans l’économie. Le secteur associatif y est définit au sens large, comme l’ensemble des institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), regroupant des associations, fondations, partis politiques, syndicats de salariés, églises et associations cultuelles qui fournissent des services aux seuls ménages.

En 2008, les ISBLSM emploient 900 000 personnes, soit 3 % de l’emploi total, et versent 23 milliards d’euros de rémunérations, soit 2,4% de la masse salariale totale. Elles ont acheté pour plus de 13 milliards d’euros de biens et de services, investi 3,5 milliards d’euros et redistribué aux ménages 1,5 milliards d’euros sous forme d’aides directes (bourses, prix, subventions de projets personnels). Pour couvrir ces dépenses, elles disposent de ressources provenant pour les trois-quarts du secteur publicSecteur publicSecteur regroupant toutes les activités économiques et sociales prises en charge par les administrations, les entreprises publiques et les organismes publics de Sécurité sociale. (Etat, collectivités locales, organismes sociaux), viennent ensuite les ménages (dons, de cotisations, de tombolas) et les entreprises, par le mécénatMécénatSoutien matériel apporté, sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une oeuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général.. Près de la moitié de l’action des ISBLSM correspond à des activités d’enseignement et des activités récréatives, sportives, culturelles. L’autre moitié concerne l’action sociale, avec notamment l’intervention des associations caritatives et humanitaires en faveur des enfants et des adultes handicapés.

Mais l’action sociale relève également d’autres acteurs économiques. En effet, les ISBLSM interviennent très peu en faveur des personnes âgées. Cette action prend des formes diverses (aide à domicile, hébergement ou accueil de jour en établissement, etc.) prises en charge par les ménages (employeurs du personnel assurant l’aide à domicile) et par les sociétés non financières ou les administrations publiques (selon que l’établissement est rattaché ou non à l’hôpital).

Mots clés :

Rechercher