Égalité fille-garçon à l’école : le rôle moteur des enseignants [20170301]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Égalité fille-garçon à l’école : le rôle moteur des enseignants

le 1er 03 2017

Le Haut comité à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) publie, le 22 février 2017, un rapport consacré à la formation des enseignants à l’égalité entre les filles et les garçons à l’école. Malgré la persistance de stéréotypes à l’école, le HCEfh souligne les efforts engagés dans les politiques publiques de l’éducation ces dernières années.

Des stéréotypes de sexe persistants

De nombreuses études mettent en évidence les difficultés que rencontrent les enseignants pour déconstruire les stéréotypes sexistes. Les enseignants peuvent même participer parfois à leur reproduction. Cette différenciation entre filles et garçons apparaît notamment dans l’interaction verbale qu’ont les enseignants avec leurs élèves, plus fréquente avec les garçons qu’avec les filles. Les manuels scolaires accentuent également ce phénomène, en cantonnant les personnages de femmes à des rôles traditionnels. En outre, le thème de l’égalité des sexes n’est expressément traité qu’en éducation physique et sportive (EPS) et en enseignement moral et civique.

Les filles sont davantage exposées aux violences produites par le sexisme : 7,5% d’entre elles déclarent avoir été victimes de voyeurisme, d’attouchement, de caresse ou baiser forcé, contre 5% des garçons. Surtout, le nombre de filières scolaires vers lesquelles elles s’orientent, est plus réduit que pour les garçons.

12 recommandations pour renforcer l’égalité fille garçons

Tout en saluant les efforts engagés en faveur du thème de l’égalité (contenus spécifiques sur le site Eduscol, formations de sensibilisation au sein des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), etc.), le HCEfh émet une douzaine de recommandations afin que les enseignants deviennent des "moteurs de l’apprentissage et de l’expérience de l’égalité filles garçons à l’école. Celles-ci s’organisent en trois grands axes :

  • renforcer et généraliser la formation initiale des personnels (faire de l’égalité une connaissance requise pour l’obtention des diplômes des métiers liés à l’enseignement, etc.) ;
  • développer et garantir l’offre de formation continue ;
  • élaborer un guide pratique de la formation à l’égalité filles garçons.

Mots clés :

Rechercher