Emploi et territoires : 30 ans de mutations [20150224]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Emploi et territoires : 30 ans de mutations

le 24 02 2015 Archives.

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) met en évidence, dans une étude publiée en février 2015, les mutations de l’emploi en France métropolitaine entre 1982 et 2011.

Entre 1982 et 2011, le nombre total d’emplois a augmenté de plus de 20%, plus rapidement que la population (+16%). Toutefois, certains territoires ont perdu des emplois, tandis que d’autres en ont fortement gagné. Les premiers se situent plutôt au Nord-Est et dans le Massif central, c’est-à-dire dans les régions où les activités industrielles et agricoles étaient très présentes il y a 30 ans. A l’inverse, les territoires où l’emploi a fortement progressé sont, pour la plupart, au Sud-Est, à l’Ouest, ainsi qu’en Île-de-France. Ces territoires ont souvent bénéficié de la croissance simultanée des fonctions liées à l’économie de la connaissance et aux services à la personne.

En 2011, les activités présentielles (activités liées aux besoins des personnes résidentes ou touristes, comme le commerce de détail, la santé et l’action sociale, l’éducation, les services aux particuliers, l’administration et la construction) et les activités productives (activités liées aux biens et services, comme l’agriculture, l’industrie, le commerce de gros et les services aux entreprises) représentent respectivement 65% et 35% de l’emploi total, contre 56% et 44% trente ans plus tôt. Au sein de la sphère productive, les fonctions de production abstraite (conception-recherche, prestations intellectuelles, production culturelle) ont pris le pas sur les fonctions de production concrète (correspondant aux emplois de fabrication industrielle et production agricole notamment, peu qualifiés en général) : ces dernières ne représentent plus que 30% de l’économie productive contre 56% en 1982.

Rechercher