Imprimer

Énergie : une facture allégée en 2016

le 6 04 2018

En un an, la France a diminué sa facture énergétique de 8,4 milliards d’euros. Le bilan énergétique de la France pour 2016, publié le 8 mars 2018 par le Commissariat général au développement durableDéveloppement durableDéveloppement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. (CGDD) explique cette baisse des prix du pétrole et du gaz moins élevés qu’en 2015. Malgré cette baisse des dépenses d’importation, le taux d’indépendance énergétique perd deux points.

Diminution du prix des importations d’énergie primaires

La facture énergétique nationale a diminué de moitié en quatre ans, passant de 71 milliards d’euros en 2012 à 31 milliards d’euros en 2016. Cela s’explique principalement par la faiblesse du cours des matières premières, qu’il s’agisse du gaz ou du charbon, et par la baisse de la consommation d’énergie primaire sur le territoire métropolitain (-1,6% sur l’année).

En volume, les importations de biocarburants et de gaz ont augmenté par rapport à l’année précédente. En revanche, Les importations de pétrole brut ont diminué. L’Arabie Saoudite reste le principal fournisseur de la France (15% du total).

La production d’énergie primaire (non-transformée) sur le territoire subit les conséquences de l’arrêt des centrales nucléaires à la fin de l’année.

L’énergie nucléaire représente 41% du bouquet énergétique français (ensemble des énergies consommées) contre 28% pour le pétrole. La consommation de gaz, en progression de 9%, constitue 16% du total. La production d’énergies renouvelables, en hausse de 10%, atteint 11%.

Stabilisation des dépenses des ménages liées à l’énergie

Parallèlement à la baisse de la facture énergétique de la France pour 2016, les prix de l’énergie payés par les ménages diminuent globalement.

Les prix des produits pétroliers connaissent de fortes baisses (-4,1% pour le gazole, - 3,7% pour les supercarburants, -10 % pour le fioul domestiques). C’est également le cas du prix du gaz, qui chute de 7%.

Les dépenses d’énergie pour le logement croissent de 2,2%, en raison, notamment, de la hausse du prix de l’électricité résidentielle (+1,4%).

En moyenne, la dépense courante d’énergie d’un ménage s’établit à 2 716 euros en 2016, en baisse de 300 euros par rapport à 2012 mais stable par rapport à 2015.

Mots clés :

Rechercher