Enseignement supérieur : des quotas pour prévenir le décrochage ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Enseignement supérieur : des quotas pour prévenir le décrochage ?

le 16 06 2011 Archives.

"Comment réduire le décrochage étudiant ?", telle est la question traitée par le sénateur (UMP) Christian Demuynck dans son rapport remis à la ministre de l’enseignement supérieur le 14 juin 2011. Actuellement, deux étudiants sur dix quittent l’enseignement supérieur sans avoir obtenu de diplôme. Ce taux d’échec, bien qu’inférieur à la moyenne enregistrée dans l’OCDE (30%), représente tout de même près de 75 000 jeunes par an (46 000 jeunes inscrits à l’université et environ 28 000 dans les filières courtes et sélectives).

Pour réduire ce chiffre de moitié d’ici 10 ans, le rapporteur propose notamment :

  • de favoriser l’insertion des bacheliers technologiques et professionnels dans les formations courtes, en imposant un quota minimum de 60% de ces bacheliers dans chaque section de technicien supérieur (voie préparant au BTS) et de 40% d’entre eux dans chaque institut universitaire supérieur (voie préparant au DUT) pour les activités de services.
  • de favoriser le développement de l’apprentissage et de la formation en alternance en conditionnant les ouvertures de formations courtes et les habilitations de licence à la mise en place de ces cursus.
  • de faciliter les réorientations en créant notamment une commission rectorale de réorientation et de lutte contre le décrochage qui associerait l’ensemble des établissements de formation et les services publics de l’emploi.
  • de récompenser l’investissement pédagogique des enseignants-chercheurs et des professeurs agrégés détachés à l’université.

Destinataire de ce rapport, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse, doit présenter avant l’été 2011 les conclusions du cycle de concertation engagé en décembre 2010 sur la rénovation du premier cycle universitaire (licence).

Mots clés :

Rechercher