Enseignement supérieur : vers une stratégie nationale [20150909]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Enseignement supérieur : vers une stratégie nationale

le 9 09 2015 Archives.

Le comité pour la Stratégie nationale de l’enseignement supérieur (StraNES), présidé par Sophie Béjean, a remis son rapport au président de la République le 8 septembre 2015. L’élaboration de la "StraNES", définissant les objectifs nationaux à dix ans et les moyens de les atteindre, a été prévue par la loi du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche.

Le rapport formule 40 propositions pour construire d’ici 2025 une société "apprenante, au sein de laquelle chacun a appris à apprendre tout au long de sa vie professionnelle et citoyenne". Il préconise notamment de :

  • élever le niveau général des qualifications en portant de 42% à 60% la part d’une classe d’âge diplômée de l’enseignement supérieur et de 135 000 à 200 000 le nombre d’apprentis inscrits dans l’enseignement supérieur chaque année,
  • "faire de la formation tout au long de la vie (FTLV) une réalité" en portant de 12,5% à 20% la part des étudiants en FTLV et de 9 500 à 20 000 le nombre de validations des acquis de l’expérience (VAE) par an dans l’enseignement supérieur,
  • développer la dimension européenne et l’internationalisation de l’enseignement supérieur en doublant le nombre d’étudiants étrangers accueillis et le nombre des étudiants partant à l’étranger (lancement d’un programme de soutien sur critères sociaux, cumulable avec Erasmus),
  • démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur en réformant le processus d’orientation à l’entrée de l’enseignement supérieur (donner la priorité d’accès aux instituts universitaires de technologie pour les bacheliers technologiques et aux sections de technicien supérieur pour les bacheliers professionnels, faire du master un diplôme en deux ans en supprimant la sélection entre le M1 et le M2, etc.), en développant les bourses de l’enseignement supérieur (porter de 36% à 50% la part des étudiants boursiers) et l’accès au logement étudiant (adopter un plan de construction de 40 000 logements livrables en 2022, venant s’ajouter aux 43 000 livrables en 2018),
  • systématiser l’usage du numérique dans les formations et les évaluations des étudiants,
  • refonder le statut de l’étudiant (rendre possible et valoriser l’année de césure, faciliter et valoriser l’engagement étudiant, etc),
  • engager l’Europe à reconnaître l’enseignement supérieur comme un investissement nécessaire à son avenir en portant à 2% du PIB les dépenses (publiques et privées) qui y sont consacrées et en excluant ces dépenses du calcul des déficits publics.

Ces propositions doivent désormais être soumises aux instances consultatives concernées, avant d’être transmises au ParlementParlementOrgane collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat..

Mots clés :

Rechercher