Europe : l’aide alimentaire aux plus démunis en débat [20130613]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Europe : l’aide alimentaire aux plus démunis en débat

le 13 06 2013 Archives.

Le 12 juin 2013, le Parlement européenParlement européenInstitution de l’Union européenne représentant les citoyens des États membres a voté le principe d’un budget porté à 3,5 milliards d’euros pour le Fonds européens d’aide aux plus démunis (FEAD) sur la période 2014-2020, soit un milliard de plus que le montant retenu jusqu’à présent par le Conseil européen (accord des 7 et 8 février 2013). La décision du ParlementParlementOrgane collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat. doit désormais être soumise à l’approbation des chefs d’Etat et de gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. de l’Union européenne réunis en Conseil européen, avant la mise en place du FEAD prévue le 1er janvier 2014.

Créé par la Commission européenne en février 2013, le règlement FEAD, annexé au Fonds social européen (FSE), doit succéder au Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) actuellement en vigueur. Le PEAD, créé en 1987, assure le financement de 240 banques alimentaires européennes, et via ces structures la fourniture de repas à plus de 18 millions d’Européens dans le besoin. A la suite d’une décision de la Cour de Justice européenne remettant en cause la base légale du PEAD, ce programme doit prendre fin le 31 décembre 2013. Cette suppression a fait craindre aux associations caritatives une perte sèche de financement.

La Commission Emploi et Affaires sociales du Parlement a adopté un rapport qui plaide en faveur d’un FEAD doté d’un budget de 3,5 milliards d’euros au minimum pour la période 2014-2020. C’est la somme jugée nécessaire pour assurer au futur fonds les moyens financiers indispensables pour venir réellement en aide aux plus démunis (financement de l’aide alimentaire et de biens de première nécessité, comme l’habillement). La Commission et le Conseil européen ne proposent jusque-là que 2,5 milliards d’euros, les bénéficiaires étant invités à rechercher des sources de financement complémentaires.

Rechercher