France - Afrique : un partenariat à relancer [20131108]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

France - Afrique : un partenariat à relancer

le 8 11 2013 Archives.

Les sénateurs Jean-Marie Bockel et Jeanny Lorgeoux ont rendu public leur rapport "l’Afrique est notre avenir" le 30 octobre 2013. Issu du groupe de travail sur la "présence française dans une Afrique convoitée", le document définit 10 priorités et 70 mesures pour relancer les relations de la France avec les pays africains dans un partenariat d’égal à égal, fondé sur des intérêts communs.

Le rapport établit tout d’abord un diagnostic détaillé des mutations en cours en Afrique subsaharienne, au premier rang desquelles figurent l’explosion démographique (plus d’un milliard de nouveaux habitants sur le continent d’ici 40 ans) et une croissance économique annuelle de +5% depuis 10 ans. Alors que de nombreux pays émergents, en particulier le Brésil, la Chine, l’Inde ou encore la Turquie, développent leurs partenariats avec ce continent, la présence de la France est en recul. Selon le rapport, il faut corriger cette tendance et renforcer les relations franco-africaines en adoptant un discours sur l’Afrique débarrassé des préventions postcoloniales. Pour relancer le partenariat, le rapport recommande d’améliorer le pilotage de la politique africaine en créant notamment un ministère de plein exercice en charge de la coopération internationale et rassemblant les services concernés du ministère des Affaires étrangères et ceux du ministère des Finances. Le rapport propose également de renforcer les liens économiques avec le continent en développant la pratique du portage des PME par les grands groupes présents en Afrique. Par ailleurs, le rapport se positionne en faveur du maintien des huit points d’appui militaire français en Afrique, tout en adaptant le dispositif. Le rapport recommande aussi le renforcement des actions en faveur de la francophonie. Enfin, le rapport préconise de mettre la politique migratoire en cohérence avec la politique d’influence, par exemple en assouplissant les conditions d’entrée et de séjour en France pour les étudiants, les artistes et les hommes d’affaires.

Le rapport est publié, quelques semaines avant la tenue, les 6 et 7 décembre 2013 du sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique, initié par le président de la République. Ce sommet devrait aussi aborder les thématiques de l’économie et du climat.

Rechercher