Prix des carburants : quels déterminants ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Prix des carburants : quels déterminants ?

le 16 08 2012 Archives.

Depuis juin 2012, l’ensemble des prix des carburants évolue de nouveau à la hausse. A la date du 3 août, le prix du litre de gazole TTC s’établit à 1,406 euroEuroMonnaie unique de plusieurs Etats membres de l’Union européenne qui forment la zone euro. et celui du SP 95 à 1,574 euro. Le ministre de l’économie et des finances, Pierre Moscovici, signale que ces prix restent inférieurs aux pics atteints au début de l’année (1,458 euro en mars pour le litre de gazole et 1,666 euro en avril pour celui du SP 95) et précise qu’il reste attentif à leur évolution prochaine.

Plusieurs éléments affectent les prix à la consommation des carburants :

  • Le cours du pétrole brut, fixé en fonction de l’offre et de la demande de pétrole. Il varie autour de l’un des trois bruts de références qui sont cotés sur les marchés internationaux (dont le brut de la mer du Nord, "brent", coté à la bourse de Londres).
  • La marge "brute" de raffinage qui rémunère l’activité de raffinage. Le raffinage consiste à produire divers produits pétroliers finis (essences, kérosènes, gazoles, fiouls domestiques, fiouls lourds, etc.) à partir du pétrole brut.
  • La marge "brute" de transport-distribution qui couvre les coûts de logistique et de distribution (stockage en dépôt, acheminement en station-service et exploitation des stations) et la marge commerciale des opérateurs.
  • La fiscalité : la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).
  • Le cours de l’euro par rapport au dollar.

Dans un communiqué du 7 août 2012, le gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. indique que cette hausse des prix des carburants est imputable à l’augmentation du prix du baril de brent, dans un contexte de dépréciation de l’euro face au dollar. En fonction de l’évolution prochaine des prix, il examinera toutes les options à sa disposition et n’exclut, à ce jour, aucune possibilité d’action, notamment un blocage temporaire des prix tel que proposé durant la campagne présidentielle par le candidat François Hollande. Le 24 août, Pierre Moscovici doit par ailleurs recevoir le rapport de la mission sur "la formation et la transparence des prix dans la filière du raffinage et de la distribution", rédigé par l’Inspection générale des finances (IGF) et le Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET).

Mots clés :

Rechercher