Illettrisme : comment accélérer son recul ? [20150902]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Illettrisme : comment accélérer son recul ?

le 2 09 2015 Archives.

Dans une note d’analyse publiée en août 2015, France stratégie propose de renforcer la lutte contre l’illettrisme pour diviser par deux le nombre d’adultes en situation d’illettrisme d’ici à dix ans.

En 2011, 2,5 millions des adultes vivant en métropole, et ayant été scolarisés en France, sont en situation d’illettrisme. Ces personnes ne "parviennent pas à lire et comprendre un texte portant sur des situations de leur vie quotidienne, et/ou ne parviennent pas à écrire pour transmettre des informations simples." Elles constituent 7% de la population en 2011, contre 9% en 2004. L’arrivée de nouvelles générations mieux formées et la poursuite des actions de lutte contre l’illettrisme devraient mécaniquement faire passer le taux d’illettrisme à 5,4% d’ici 2025. Selon France stratégie, il est possible de ramener ce taux à 3,5% dès 2025, en augmentant les montants alloués à la lutte contre l’illettrisme (de 160 millions à 210 millions d’euros annuels) :

  • les salariés pourraient bénéficier d’une formation spécifique mise en place dans le cadre du compte personnel de formation (CPF) entré en vigueur le 1er janvier 2015,
  • les "actions éducatives familiales", menées avec des parents qui ne maîtrisent pas suffisamment les compétences de base pour accompagner la scolarité des enfants, devraient être amplifiées,
  • outre leur prise en charge dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire, les jeunes ayant quitté le système scolaire pourraient bénéficier d’actions spécifiques à la suite d’un accompagnement par le service public de l’orientation,
  • les dispositifs de soutien personnalisé mis en place dans les établissements scolaires devraient être renforcés.

Selon l’enquête du "Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes" (PIAAC) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiée en 2013, les compétences en "littératie" et en "numératie" des adultes résidant en France se situent parmi les plus basses des 24 pays participant à l’évaluation : 21e en lecture et 19e en calcul.

Rechercher