Insertion des jeunes : un niveau de chômage jamais observé [20140411]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Insertion des jeunes : un niveau de chômage jamais observé

le 11 04 2014 Archives.

Le Centre d’étude et de recherche sur les qualifications (Cereq) a publié le 8 avril 2014 les résultats de son enquête "Génération 2010" analysant les parcours professionnels jusqu’en 2013 des jeunes sortis du système scolaire en 2010 (723 000 au total). Le Cereq réalise ce type d’enquête tous les trois ans et évalue les parcours d’une tranche d’âge après trois, cinq, sept et dix ans de vie active.

En 2013, soit trois ans après leur sortie du système éducatif, 22% des jeunes sont à la recherche d’un emploi. Le Cereq souligne qu’un tel niveau de chômage n’a jamais été observé dans les enquêtes "Génération". Les jeunes actifs ont plus de difficultés à trouver un emploi sous l’effet combiné de la crise économique et financière, et de la diminution des contrats aidés destinés aux jeunes. Les non-diplômés sont les plus touchés par le chômage : près d’un sur deux se déclare à la recherche d’un emploi trois ans après sa sortie du système éducatif. La situation des titulaires de CAP et BEP se dégradent aussi et leur taux de chômage augmente de 15 points (17% des jeunes ayant obtenu un CAP/BEP en 2004 étaient au chômage trois ans après leur entrée dans la vie active, 32% des diplômés de 2010 sont au chômage en 2013). En revanche, les diplômés de l’enseignement supérieur (docteurs, ingénieurs) ne sont pas touchés par la crise : 76% d’entre eux accèdent à l’emploi en moins de trois mois et ils bénéficient de bonnes rémunérations.

Si l’insertion professionnelle des jeunes est plus difficile, le Cereq souligne cependant que ceux qui trouvent un emploi ne connaissent pas des conditions d’emploi dégradées : la part des contrats à durée indéterminée (CDI) et le montant des salaires restent stables.

Mots clés :

Rechercher