Intégration des Roms : les initiatives de l’Union européenne| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Intégration des Roms : les initiatives de l’Union européenne

le 21 09 2010 Archives.

Présents dans l’ensemble des Etats membres de l’Union européenne (UE), la plupart des Roms sont devenus citoyens européens à l’occasion de l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie en 2007. Depuis cette date, l’UE a renforcé son soutien à l’intégration économique et sociale des Roms, ceux-ci étant souvent victimes de discriminationDiscriminationDistinction entre individus ou groupes d’après certains caractères particuliers (sexe, origine...) aboutissant à une inégalité. en terme d’accès à l’éducation, à l’emploi, aux services de santé ou au logement.

Ainsi, la Commission européenne organise tous les deux ans des “Sommets Roms” (Bruxelles en 2008, Cordoue en 2010). Réunissant les représentants des institutions de l’UE, des Etats membres et des organisations de la société civile, ces Sommets ont notamment abouti à la création d’une “plateforme européenne pour l’insertion des Roms”, lieu d’échange des expériences réussies d’intégration des Roms. Des Fonds de l’UE peuvent par ailleurs être utilisés par les Etats membres en vue de compléter leurs propres actions. Il s’agit notamment du Fonds social européen (FSE) qui encourage l’amélioration des conditions de vie et d’emploi des Roms en investissant dans l’éducation et la formation, du Programme PROGRESS qui finance des activités de sensibilisation contre la discrimination envers les Roms et du Fond européen de développement régional (FEDER). La Commission a récemment annoncé la création d’un comité d’experts chargé d’évaluer l’utilisation faite par les Etats membres de ces Fonds et de proposer des méthodes pour améliorer leur efficacité. Les premières conclusions du comité sont attendues avant la fin de l’année 2010.

Citoyens de l’UE, les Roms ont le droit de se rendre dans un autre Etat membre en disposant d’une carte d’identité ou d’un passeport en cours de validité (le visa n’est plus nécessaire) mais, au-delà d’une durée de trois mois, ils doivent justifier d’un droit au séjour (en qualité d’actif, d’inactif, d’étudiant ou de membre de famille).

Rechercher