Jeunes : des difficultés spécifiques sur le marché du travail [20170203]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Jeunes : des difficultés spécifiques sur le marché du travail

le 3 02 2017

France Stratégie et la Dares ont remis à la ministre en charge du travail un rapport sur l’insertion professionnelle des jeunes, le 24 janvier 2017. Ce rapport est issu d’une concertation sur l’insertion professionnelle des jeunes qui a réuni des représentants des organisations patronales, des syndicats et des organisations de la jeunesse. la concertation avait pour objectif de poser un diagnostic sur les obstacles à l’insertion professionnelle des jeunes et sur les effets des politiques menées.

La situation spécifique des jeunes sur le marché du travail

Le taux de chômage des jeunes de 18 à 25 ans a été multiplié par 3,5 en 40 ans, pour atteindre 24% en 2016. 17% des 15-29 ans ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation. 35% des 15-29 ans ont un contrat précaire (CDD, intérim, apprentissage). La situation française, par rapport aux autres pays européens, se distingue par un sur-chômage des jeunes plus élevé (la part des jeunes au chômage est supérieure à la moyenne européenne). Ce sur-chômage persiste, en outre, plus d’une dizaine d’années après l’entrée sur le marché du travail.

La position des jeunes sur le marché du travail varie cependant fortement en fonction de leur situation individuelle. Les jeunes constituent une population hétérogène. Les jeunes les moins diplômés ont un taux de chômage trois fois supérieur à celui des diplômés de l’enseignement supérieur. Les non-diplômés mettent en moyenne un an pour accéder à leur premier emploi en CDI, contre 3,3 mois pour les diplômés du supérieur.

La spécialité du diplôme, voire sa filière d‘accès (voie scolaire versus apprentissage) compte de plus en plus dans la qualité de l’insertion dans l’emploi. Le rapport pointe l’absence de maîtrise des compétences de base (compréhension orale, écriture, lecture, calcul) pour 10% des jeunes et des freins périphériques à l’emploi (capacité de mobilité, maîtrise du numérique, état de santé, précarité des conditions de vie dont l’absence de logement ou de couverture sociale). Enfin, certains jeunes cumulent les difficultés (jeunes issus de l’immigration, résidant dans des zones urbaines sensibles ou zones rurales, etc.).

Des dispositifs d’insertion professionnelle nombreux et complexes

Les dispositifs d’aide à l’insertion professionnelle des jeunes se sont multipliés : plan de lutte contre le décrochage scolaire, plan "500 000 entrées en formation", extension de la garantie jeunes, compte personnel d’activité (CPA), etc. Pour s’adapter au mieux à l’hétérogénéité des publics, la tendance a été d’individualiser les interventions d’où la multiplication de ces dispositifs.

Les acteurs de terrain déplorent la complexité des aides publiques ainsi que l’instabilité des règles et des financements ces dispositifs d’aide, avec le risque au final d’un non-recours pour les publics les moins bien informés.

Mots clés :

Rechercher