Journée de solidarité : vers un dispositif plus souple | vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Journée de solidarité : vers un dispositif plus souple

le 26 07 2005 Archives.

Le comité de suivi et d’évaluation de la journée de solidarité en faveur des personnes dépendantes, présidé par le député UMP Jean Leonetti, a remis son rapport au Premier ministre le 19 juillet 2005. Dressant le bilan de l’application de cette mesure, l’étude estime la production supplémentaire du lundi de Pentecôte 2005 à 2 milliards d’euros. 56% seulement des salariés ont travaillé ce jour-là, certains posant des jours de congé ou de RTT. C’est pourquoi le comité préconise une plus grande souplesse dans l’application de cette mesure "en laissant les entreprises et les administrations organiser le travail d’une journée de solidarité". Pour le financement ultérieur de cette journée, il propose notamment une extension de la solidarité aux revenus du patrimoine et de placement, l’utilisation de l’impôt sur la fortune pour alimenter la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) ou l’augmentation du taux de la contribution sociale généralisée (CSG).

Cette journée de solidarité prévue par la loi du 30 juin 2004 est le premier élément d’une réforme qui consacre une prise en charge globale de la dépendance et du handicap et qui a abouti à l’adoption de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyennetéCitoyennetéLien social établi entre une personne et l’État qui la rend apte à exercer l’ensemble des droits politiques attachés à cette qualité sous réserve qu’elle ne se trouve pas privée de tout ou partie de cet exercice par une condamnation pénale (privation de droits civiques). Juridiquement, un citoyen français jouit de droits civils et politiques et s’acquitte d’obligations envers la société. des personnes handicapées.

Rechercher