Loin des métropoles, le sentiment d’être délaissé par les pouvoirs publics| vie-publique.fr | Actualités | En bref

Imprimer

Loin des métropoles, le sentiment d’être délaissé par les pouvoirs publics

le 14 11 2017

Le Commissariat général à l‘égalité des territoires (CGET) a confié au Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) la réalisation d’une enquête nationale sur le lien des Français à leur territoires.

Les résultats de l’enquête auprès d’un échantillon de 2 000 personnes âgées de 18 ans ou plus et résidant en France métropolitaine sont publiés en novembre 2017.

Près de neuf Français sur dix sont satisfaits de leur cadre de vie

Près de neuf Français sur dix se disent satisfaits de leur cadre de vie (logement, transports, services, etc.). Plus on s’éloigne des zones à forte densité urbaine, plus le taux de satisfaction augmente. Il est particulièrement élevé chez les personnes vivant à la campagne.

Ainsi les Franciliens sont en moyenne moins satisfaits de leurs conditions de logement (23%) que les habitants des autres régions françaises (38% de taux de satisfaction pour les résidents des communes rurales, 34% pour les résidents des agglomérations de plus de 20 000) et plus inquiets. 29% des Franciliens craignent des risques d’agression dans la rue contre 21% en zone rurale.

Les chômeurs sont nettement moins souvent très satisfaits (20%) que les actifs en emploi (31%) ou les retraités (38%). 37% des diplômés du supérieur sont très satisfaits de leur cadre de vie contre 29% des personnes ayant un niveau de diplômé inférieur au BAC et 21% des ouvriers.

Trois personnes sur dix estiment vivre dans un territoire délaissé

Ce sentiment d’abandon est à la fois géographique et social. Il est prégnant dans les territoires situés en dehors des grandes aires urbaines. Il est aussi plus fort chez les habitants de communes isolées (45%) que chez ceux vivant dans des communes appartenant à un grand pôle (25%). En revanche, les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville n’ont pas plus souvent que les autres le sentiment d’habiter un territoire délaissé.

Cependant, plus de la moitié (53%) des Français qui se déclarent délaissés ne souhaitent pas déménager vers un territoire plus attractif (difficulté à retrouver un emploi, perte du réseau relationnel, coût financier d’un déménagement, etc.). Trois personnes interrogées sur quatre privilégient la possibilité de réaliser leurs projets là où elles vivent. Plutôt que des aides à la mobilité, elles attentent prioritairement une intervention de l’État dans le domaine de l’emploi, de l’amélioration des transports en commun et de l’offre de soins.

Rechercher