Imprimer

Lutte contre la pauvreté des familles et des enfants : les propositions du HCFEA

le 27 06 2018

Le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) publie, le 5 juin 2018, un rapport dans lequel il présente des propositions pour lutter contre la pauvreté des familles et des enfants.

8,7 millions de personnes pauvres dont 2,8 millions d’enfants

En France, les statistiques de 2014 montrent un taux de pauvreté des enfants supérieur à la moyenne nationale. Alors que le taux moyen de pauvreté est de 14,1%, il monte à presque 20% pour les enfants à 33,5% dans les familles monoparentales et à 40,5% dans les familles nombreuses avec quatre enfants et plus.

A cette forte concentration de la pauvreté sur les familles monoparentales et sur les familles nombreuses, s’ajoute une accentuation des écarts entre ces catégories de ménages et le reste de la population.

Trois scénarios entre 1,8 et 2 milliards par an pour sortir les enfants de la pauvreté

Améliorer les aides financières aux familles monoparentales et familles nombreuses vivant en dessous du seuil de pauvreté pour qu’elles puissent atteindre juste le seuil, telle est la philosophie qui sous-tend les mesures financières préconisées par le HCFEA :

  • majorer le revenu de solidarité active (RSA) à toutes les familles monoparentales, indépendamment de l’âge des enfants ;
  • ajouter un bonus à la prime d’activité pour les familles monoparentales et un bonus par enfant (cette mesure pourrait bénéficier à 274 000 enfants pauvres) ;
  • créer une nouvelle allocation d’un montant de 50 euros par mois et par enfant, sous condition de ressources dont le calcul ne tiendrait pas compte du RSA et de la prime d’activité.

Le Conseil préconise, par ailleurs, différentes mesures pour favoriser l’accessibilitéAccessibilitéMesures d’adaptation et d’aménagement de l’espace social destinées à en faciliter l’accès aux personnes handicapées ou à mobilité réduite. des modes d’accueil des enfants des familles en situation de pauvreté et l’inscription des enfants à la cantine : plus grande transparence dans les critères d’attribution des places de crèche, refonte du mode de calcul d’aide pour la garde, implantation de nouvelles maisons d’assistantes maternelles dans les quartiers populaires, lutte contre les discriminations à l’inscription dans les cantines.

Mots clés :

Rechercher