Imprimer

Mal-logement : la situation dans l’Union européenne

le 5 avril 2018

La Fondation Abbé Pierre et la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri (Feantsa) ont publié, le 21 mars 2018, leur troisième rapport sur le mal-logement en Europe. Plus de 10 millions de ménages seraient privés de logement, 35 millions occuperaient un logement surpeuplé.

Le sans-abrisme en Europe

Malgré l’absence d’une définition commune du sans-abrisme dans l’Union européenne qui rend difficile la comparaison, il apparaît que les hausses du nombre de personnes en situation de mal-logement sont spectaculaires partout en Europe.

  • Allemagne : 860 000 personnes sans domicile en 2016, +150% entre 2014-2016 (en comptant pour la première fois les plus de 900 000 réfugiés et migrants accueillis durant cette période) ;
  • Angleterre : 4 751 sans-abri dormant à la rue une nuit en 2017, +167% entre 2010 et 2017 ;
  • Autriche : 15 090 personnes sans-domicile statutaires, +32% entre 2008 et 2016 ;
  • Belgique (Bruxelles) : 3 386 sans-domicile en une nuit novembre 2016 , +96% entre 2014 et 2016 ;
  • France : 20 845 personnes ont demandé un hébergement d’urgence au 115 (1 mois juin 2017), + 17% entre 2016 et 2017 ;
  • Suède : 33 000 sans-domicile (1 semaine en 2017).

Seule la Finlande affiche une baisse de 18% entre 2009 et 2016 du nombre de sans-domicile (6 644) grâce à la mise en place d’une politique volontariste pour résoudre la question des SDF.

Le profil des personnes sans-abri

Les hommes constituent la très grande majorité des personnes sans domicile (75 à 85% en 2014, selon l’Observatoire européen du sans-abrisme). Néanmoins, les enfants, les femmes, les jeunes, les personnes ayant un parcours de migration, les travailleurs pauvres, sont de plus en plus nombreux parmi la population sans-domicile.

L’analyse statistique des données Eurostat sur le mal-logement montre que si la qualité des logements a tendance à s’améliorer au niveau européen, l’augmentation continue des coûts du logement fait de plus en plus pression sur l’ensemble des ménages. En moyenne dans l’Union, un ménage sur dix consacre plus de 40% de ses revenus disponibles au logement en 2016.

Les politiques européennes pour l’absorption du sans-abrisme

L’analyse de la mise en œuvre du droit au logement en Europe en 2017 révèle le décalage grandissant entre les droits garantis par des traités européens et internationaux et la réalité des contextes locaux et nationaux.

L’Union européenne n’a pas de compétence exclusive ou spécifique en matière de logement. En 2013, la Commission européenne a adopté un ensemble de mesures concernant "les investissements sociaux". Elle soutient les mesures prises par les États membres, notamment grâce au financement du Fonds social européen (FSE), du Fonds européen de développement régional (FEDER) et du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD).

Mots clés :

Rechercher