Minimum vieillesse : comment vivent ses bénéficiaires ? [20140127]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Minimum vieillesse : comment vivent ses bénéficiaires ?

le 27 01 2014 Archives.

Santé, logement, conditions de vie, patrimoine, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. des Affaires sociales et de la Santé a interrogé les bénéficiaires du minimum vieillesse sur ces thèmes. Les résultats de l’enquête ont été publiés le 17 janvier 2014.

Le minimum vieillesse vise à garantir un minimum de ressources (777 euros pour une personne, 1 207 euros pour un couple) aux personnes âgées ne disposant pas de pension de retraite ou percevant de faibles ressources. La grande majorité de ses bénéficiaires déclarent avoir travaillé (95% des hommes et 71% des femmes). Cependant, leur parcours professionnel est plus souvent marqué par le chômage et l’inactivité. Dans l’ensemble, les bénéficiaires connaissent des conditions de vie plus difficiles que la majorité des personnes au même âge. Près de la moitié des bénéficiaires se déclarent en mauvaise santé. Ils ont aussi plus de problèmes pour se déplacer à l’extérieur et sont plus souvent en détresse psychologique. Ils renoncent aussi davantage aux soins pour des raisons financières. Les allocataires du minimum vieillesse sont majoritairement locataires de leur logement (dans le secteur HLM pour plus d’un allocataire sur trois). 11% des allocataires connaissent des conditions d’habitat difficiles (absence de confort sanitaire, problème de chauffage, éloignement des équipements collectifs, etc.). Enfin, ils ne détiennent en général aucun patrimoine (s’il y a épargne, elle est dans la moitié des cas inférieure à 1 000 euros). Les revenus perçus sont le plus souvent insuffisants pour couvrir les dépenses courantes et 83% des allocataires estiment que leur situation financière est mauvaise. Outre l’endettement et le recours aux économies, les difficultés financières se traduisent par des privations matérielles qui affectent encore leurs conditions de vie, leur vie sociale et leur santé.

Rechercher