Niveau de vie : l’écart s’accentue entre riches et pauvres en 2010| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Niveau de vie : l’écart s’accentue entre riches et pauvres en 2010

le 7 09 2012 Archives.

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publie, le 7 septembre 2012, une étude sur les niveaux de vie des Français en 2010. Celle-ci révèle une progression de la pauvreté qui touche désormais 14,1% de la population.

En 2010, le niveau de vie médian s’élève à 19 270 euros annuels (1 610 euros par mois), soit une diminution de 0,5% par rapport à 2009. Seul le niveau de vie des personnes les plus aisées repart à la hausse (+ 1,3 % en euros constants) après avoir stagné en 2009 (+ 0,2 %). 8,6 millions de personnes (contre 8,1 en 2009) vivent en 2010 en-dessous du seuil de pauvreté monétaire établi à 964 euros par mois. Une personne pauvre sur deux vit, cependant, avec moins de 781 euros par mois. Parallèlement, les inégalités ont continué de se creuser par le haut. Ainsi, entre 1996 et 2010, le niveau de vie moyen des 10% les plus aisés a augmenté d’environ 2,1% par an en moyenne contre 1,4% pour l’ensemble de la population. En 2010, c’est l’évolution des salaires, limitée dans le bas de la distribution des revenus, qui explique en partie l’accentuation des inégalités, les 10% les plus aisés ayant bénéficié à la fois de salaires plus dynamiques et des rendements élevés de leurs placements.

L’augmentation de la pauvreté est particulièrement importante chez les inactifs : les retraités, les adultes inactifs autres que les étudiants et les retraités - souvent titulaires de minima sociauxMinima sociauxPrestations sociales visant à garantir un revenu minimal à une personne en situation de précarité. - et surtout les enfants qui représentent 63% de l’accroissement du nombre de personnes pauvres. Selon l’Insee, la non-reconduction de mesures d’aides ponctuelles, mises en œuvre en 2009 afin de limiter les effets de la crise sur les ménages modestes, et le gel du barème des prestations familiales en 2010, expliquent pour partie cette hausse de la pauvreté des enfants.

Mots clés :

Rechercher