Imprimer

Les nouvelles routes de la soie : quels enjeux pour la France et l’Europe ?

le 20 juin 2018

Un rapport sénatorial, présenté à la presse le 12 juin 2018, évalue les buts politiques, économiques et stratégiques du projet du gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. chinois des "nouvelles routes de la soie" et en souligne les risques et opportunités.

Les nouvelles routes de la soie ont été lancées en 2013


Source : agence de presse Xinhua She

Relier la Chine au Proche-Orient, à l’Afrique et à l’Europe, en développant des lignes de communication routières, ferroviaires, maritimes et électroniques, tel est l’objet du projet des nouvelles routes de la soie, lancé en 2013 par le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping.

Outre une route terrestre à travers l’Asie centrale et la Russie et une route maritime permettant de rejoindre l’Europe par le canal de Suez, de nouveaux itinéraires se déploient vers l’Afrique de l’Ouest et du Nord ainsi que vers l’Amérique latine. L’Arctique intéresse aussi la Chine, pourvoyeuse de capitaux dans la mise en valeur des ressources de la région. Il est aussi question de développer les voies aériennes de la soie et des voies spatiales.

Le total des investissements jugés nécessaires d’ici 2049 est estimé à environ deux fois le PIB annuel de la Chine qui atteignait 12 300 milliards de dollars en 2017.

Quels enjeux pour la France et l’Union européenne ?

Selon le rapport, ces routes constituent à la fois une promesse de développement partagé et un risque d’hégémonie chinoise qui mettrait en place un nouvel ordre économique international.

Malgré de nombreux obstacles géographiques, économiques, et géopolitiques, le rapport considère que le projet va se développer et qu’il est préférable d’y participer. La France devrait être force d’impulsion dans sa relation bilatérale avec la Chine afin de s’intégrer officiellement dans le processus, selon des modalités conformes aux objectifs de réciprocité et dans le respect des engagements internationaux. La France devrait également jouer un rôle moteur dans le développement de la relation entre la Chine et l’Union européenne.

Rechercher