Perturbateurs endocriniens et santé : quelles précautions ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Perturbateurs endocriniens et santé : quelles précautions ?

le 19 07 2011 Archives.

Le rapport « Perturbateurs endocriniens, le temps de la précaution », déposé au Sénat le 12 juillet 2011, a été rédigé au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques. Ces substances chimiques, qu’elles soient naturelles ou de synthèse, peuvent interférer avec le fonctionnement du système hormonal (système endocrinien) et sont donc soupçonnées de jouer un rôle dans la fréquence de certains cancers (sein, testicules, prostate, ovaires), dans des troubles de la reproduction, voire des altérations de la croissance ou des troubles comportementaux...

Ces substances incluent des pesticides utilisés dans l’agriculture, les phtalates présents dans les cosmétiques ou dans les instruments de perfusion, ou encore le bisphenol A utilisé pour les canettes et les boîtes de conserve. Les résidus médicamenteux, de plus en plus présents dans les eaux de rivière par exemple, entrent aussi dans cette catégorie. L’exposition à ces substances pourrait avoir des conséquences particulièrement importantes, même à dose très faible, à certains moments de la vie, leur combinaison entre elles ayant de plus un effet multiplicateur. Le rapporteur préconise de faire porter les premières mesures de précaution sur la période périnatale (entre la conception de l’enfant et ses premières années), moment où l’action de ces perturbateurs serait la plus néfaste : étiquetage de mise en garde à destination des femmes enceintes et des jeunes mères, remplacement accéléré des phtalates dans le matériel de néonatalogie et d’obstétrique, soutien à la recherche, etc...

Déjà une proposition de loiProposition de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative d’un ou plusieurs parlementaires., en débat au ParlementParlementOrgane collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat., vise à interdire l’utilisation de trois catégories de perturbateurs endocriniens : les phtalates, les parabènes et les alkylphénols. Bien que désapprouvé par le gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale., le texte de cette proposition de loi a été adopté par l’Assemblée nationale le 3 mai 2011. Cependant, la poursuite de sa discussion reste en suspens, son inscription à l’ordre du jour du Sénat n’étant pas encore faite.

Mots clés :

Rechercher