Politique d’éducation prioritaire : quels résultats ? [20130515]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Politique d’éducation prioritaire : quels résultats ?

le 15 05 2013 Archives.

Le ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’Éducation nationale publie une note d’information qui dresse un état des lieux de l’éducation prioritaire. A la rentrée 2012, l’éducation prioritaire repose sur deux dispositifs :

  • le programme Éclair (Écoles, collèges, lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite) rassemble 301 collèges publics, 9 collèges privés, 17 lycées, 17 lycées professionnels et 2 139 écoles publiques.
  • les réseaux de réussite scolaire (RRS) comptent 4 457 écoles et 781 collèges publics.

La population scolaire de ces établissements appartient à des milieux sociaux défavorisés. Néanmoins, tous les enfants défavorisés ne sont pas scolarisés dans un établissement Éclair ou RRS. Ces établissements connaissent un taux d’encadrement plus favorable que dans la moyenne des établissements scolaires. Le nombre moyen d’élèves par classe est également moins élevé. En dépit de ces moyens supplémentaires, les élèves sont plus souvent en retard scolaire. De plus, est observée une baisse de la maîtrise des compétences de base en français et en mathématiques entre le CM2 et la fin du collège pour les élèves inscrits dans un collège Éclair. Les élèves scolarisés en éducation prioritaire déclarent plus d’incidents violents et, dans une moindre mesure, jugent le climat scolaire moins agréable que la moyenne totale des élèves.

L’éducation prioritaire, créée en 1981, consiste à allouer davantage de moyens aux établissements scolaires situés en zones défavorisées. L’inégalité des moyens (ou discriminationDiscriminationDistinction entre individus ou groupes d’après certains caractères particuliers (sexe, origine...) aboutissant à une inégalité. positive) vise à obtenir une égalité de résultats avec les zones situées dans un environnement plus favorable. L’évaluation de la politique d’éducation prioritaire a été décidée lors du Comité interministériel de modernisation de l’action publique (CIMAP) du 18 décembre 2012.

Mots clés :

Rechercher