Politique de la ville : les zones cibles à l’épreuve de la crise| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Politique de la ville : les zones cibles à l’épreuve de la crise

le 7 11 2011 Archives.

Le rapport annuel de l’Observatoire national des zones urbaines sensiblesZone urbaine sensible / Zones urbaines sensiblesZUS (ONZUS), publié le 2 novembre 2011, permet notamment d’évaluer l’impact de la crise de 2008 sur les zones prioritaires de la politique de la ville (zone urbaine sensible "Zus", zone franche urbaine "ZFU" et zone de redynamisation urbaine "ZRU").

En 2009, le taux de chômage des actifs de 15 à 59 ans en Zus avait un peu moins progressé que celui des aires urbaines environnantes (respectivement +1,3 point et +1,7 point). En 2010, l’augmentation est un peu plus marquée en Zus (+2,3 points), alors qu’elle tend à ralentir dans les aires urbaines environnantes (+0,4 point). Le taux de chômage est ainsi deux fois plus élevé en Zus (20,9%) en 2010, que dans les aires urbaines environnantes (10,3%). L’augmentation n’est toutefois pas uniforme selon les zones cibles de la politique de la ville. Ainsi, les ZFU ont vu leur taux de chômage passer de 20,7% à 23,9% entre 2009 et 2010 (soit +3,2 points), quand les ZRU (hors ZFU) enregistrent le plus fort taux de chômage, à 25,1% (+2,2 points).

En terme d’activité économique, les taux d’installation d’entreprises en Zus et ZRU se sont stabilisés par rapport à 2009, à respectivement 24,8% et 29,9%. En ZFU, ce taux régresse, passant de 26,5% à 25,3%. Cette évolution pourrait s’expliquer par les suites de la crise économique associées à l’ancienneté du dispositif (certaines ZFU ont près de 15 ans), à l’incertitude liée à la pérennité même du dispositif (dont l’achèvement était initialement programmé pour 2011) et aux mesures le rendant moins attractif que par le passé (révision en 2009 du système d’exonérations, suppression de la taxe professionnelle au 1er janvier 2010).

Mots clés :

Rechercher