Précarité et droits de l’enfant : un état des lieux alarmant| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Précarité et droits de l’enfant : un état des lieux alarmant

le 17 11 2010 Archives.

Près de deux millions d’enfants vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté (950 euros par mois). La précarité affecte l’ensemble des domaines de la vie de ces enfants : leur vie familiale, leur santé et leur parcours scolaire. C’est le constat dressé par la Défenseure des enfants dans un rapport publié le 15 novembre 2010.

Ce phénomène s’accentue : les enfants pauvres subissent des inégalités croissantes dans l’accès aux soins (refus de "patients CMU" par exemple), leurs parcours scolaires (visibles dans la dégradation des résultats d’ensemble des écoliers), ainsi qu’en termes d’habitat (doublement des expulsions en 10 ans). Selon la défenseure, les dernières lois adoptées en ce domaine (notamment la loi de 1998 de lutte contre l’exclusion, la loi de 2005 pour la cohésion sociale, la loi sur le droit au logement opposable de 2007) n’ont pas atteint leurs objectifs. Cet échec serait imputable, d’une part, à un manque de volonté politique sur la construction de logements sociaux dans les régions tendues (malgré la création du DALO) et d’autre part, à un empilement et à un manque de coordination des dispositifs de lutte contre la pauvreté et l’exclusion (la désignation du Département comme chef de file s’est effectuée dans le cadre d’une décentralisationDécentralisationProcessus consistant pour l’Etat à transférer au profit des collectivités territoriales certaines compétences et les ressources correspondantes. incomplète des moyens d’actions).

Pour la Défenseure, l’objectif du gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. de réduire la pauvreté de 30% d’ici 2012 ne pourra pas être atteints si des priorités politiques de sont pas clairement engagées concernant notamment :

  • la création de logements sociaux en nombre suffisants, ainsi que des modes de gardes d’enfants adaptés à tous les besoins des parents (horaires, revenus, etc.),
  • la lutte contre les inégalités d’accès aux soins et le déterminisme social.

Mots clés :

Rechercher