Recul de la mortalité due à la grippe : le rôle de la vaccination| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Recul de la mortalité due à la grippe : le rôle de la vaccination

le 4 10 2010 Archives.

La diffusion, à partir des années 1970, d’un vaccin polyvalent de la grippe a constitué une étape décisive dans la lutte contre cette maladie. C’est ce qu’indique notamment l’Institut national d’études démographiques (INED) dans son dernier numéro de la revue Population et Société (septembre 2010).

Jusque dans les années 1970, une épidémie de grippe faisait directement de 10 000 à 20 000 morts, auxquelles il faut ajouter les décès dus aux complications de la maladie. La mise au point d’un vaccin efficace, constamment remanié en fonction des mutations du virus, a rendu possible une chute spectaculaire de la mortalité, sans toutefois faire disparaître les épidémies. En quarante ans, le risque de décès a ainsi été divisé par dix, et en 2005, année de la dernière épidémie importante en France, le nombre de décès directs n’a guère dépassé le millier. Ce succès a été renforcé par la mise à disposition gratuite du vaccin aux personnes âgées, particulièrement sujettes aux complications de la maladie. Cette mesure, lancée au milieu des années 1980 et amplifiée depuis, a permis d’atteindre un taux de couverture vaccinale des plus de 65 ans estimé à 65% en 2003, l’un des plus élevé d’Europe.

Le premier vaccin contre la grippe a été mis au point à la fin de la seconde guerre mondiale aux Etats-Unis. Le XXème siècle a connu trois grandes pandémies, liées à des recombinaisons majeures du virus : la grippe espagnole (1918-1919), la grippe asiatique (1957-1958) et la grippe de Hong Kong (1968-1969).

Mots clés :

Rechercher