Imprimer

Revenus et patrimoine des ménages : les inégalités perdurent

le 13 juin 2018

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié, début juin, l’édition 2018 de l’enquête sur les revenus et le patrimoine des ménages. Cette édition évalue le niveau de vie des Français en 2015. De fortes inégalités perdurent entre les personnes les plus modestes et les plus aisées.

14,2% des Français vivent sous le seuil de pauvreté

En France métropolitaine, le taux de pauvreté s’élève à14,2% de la population. Près de 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en 2015, qui s’établit à 1 015 euros mensuels. Depuis 2008, un million de personnes supplémentaires ont intégré cette catégorie. La pauvreté touche plus d’un tiers des chômeurs et un quart des agriculteurs en 2015.

Néanmoins, le taux de pauvreté en France est l’un des plus bas en Europe. 17,4% des habitants de l’Union européenne sont pauvres. Le taux de pauvreté en Allemagne est de 16,5% et de 16,2% pour la Suède. Le record est détenu par la Roumanie dont un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté. A contrario, la République tchèque ne dépasse pas les 10%.

Les femmes gagnent moins que les hommes

Les femmes en activité perçoivent en moyenne des revenus inférieurs de 26% à ceux des hommes dans la même situation. Quelle que soit leur tranche d’âge, elles sont davantage touchées par la pauvreté que les hommes. Cela s’explique notamment par un nombre plus important de mères isolées. Le taux de pauvreté des mères isolées est de 27,9% quand elles sont actives et de 70,6% lorsqu’elles sont inactives.

Inégalités de patrimoine

Début 2015, le patrimoine net moyen des ménages (déduction faite de leurs emprunts privés ou professionnels) s’élève à 235 900 euros. La moitié des ménages possède plus de 113 900 euros de patrimoine net. Les 10% les mieux dotés en patrimoine net détiennent plus de 534 800 euros, tandis que les 10% les moins bien dotés en patrimoine net possèdent moins de 3 000 euros.

Les 70% des ménages les mieux dotés ont bénéficié de la forte valorisation du patrimoine immobilier, en augmentation de 133% en euros courants entre 1998 et 2015. A l’inverse, les 20% de ménages les moins dotés voient leur patrimoine diminuer.

L’enquête de l’Insee est complétée par quatre dossiers sur les très hauts revenus, le coût d’un jeune adulte pour ses parents, les transmissions de patrimoine et les achats d’une résidence principale.

Mots clés :

Rechercher