Santé : de nouveaux métiers pour de nouveaux besoins ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Santé : de nouveaux métiers pour de nouveaux besoins ?

le 4 02 2011 Archives.

Un rapport sur “les nouveaux métiers en santé” a été remis aux ministres du travail et de l’enseignement supérieur le 2 février 2011. Il est le fruit des réflexions de la mission présidée par le député Laurent Hénart chargée de formuler des propositions en vue de la création de nouveaux métiers de la santé, métiers intermédiaires entre les médecins et les actuels “paramédicaux” (infirmiers, kinésithérapeutes, etc.).

Ces nouveaux métiers répondraient aux besoins créés par le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques et la pénurie croissante de médecins. Ils correspondraient à un niveau de formation de type master (bac +5), formation assurée dans un cadre universitaire. Les nouveaux praticiens pourraient réaliser des actes jusqu’alors réservés aux médecins, avec même certains pouvoirs de prescription (renouvellement d’ordonnances, prescription d’examens, certaines anesthésies locales, etc.). Le rapport propose d’élaborer des protocoles nationaux prévoyant les cas dans lesquels une partie de l’activité des médecins pourrait être déléguée à ces nouveaux personnels. Il définit par ailleurs certains secteurs prioritaires : vieillesse, maladies chroniques, cancer, dépendance, premiers secours.

Des programmes nationaux expérimentaux permettant d’évaluer les nouveaux métiers en santé devraient être lancés dès cette année, dans le prolongement du dispositif d’initiatives locales de coopération entre professionnels de santé déjà prévu par la loi HPST (Hôpital, patient, santé et territoire) de juillet 2009. Les rapporteurs estiment que les premiers praticiens pourraient être en activité dans les deux ans, malgré le risque d’incompréhension d’une partie de la profession médicale qui pourrait y voir une concurrence au rabais.

Mots clés :

Rechercher