Imprimer

Service national universel : résultats de la consultation auprès des jeunes

le 28 novembre 2018

Le 12 novembre 2018, le groupe de travail sur le service national universel, présidé par le général Daniel Ménaouine, a publié un rapport sur les résultats de la phase de consultations organisée entre juillet et novembre 2018. En avril 2018, le groupe de travail avait présenté les grands principes du service national universel (SNU). L’objectif de la consultation était de confronter le scénario proposé aux “attentes de la jeunesse”.

Une consultation ambitieuse

La consultation a reposé sur un large éventail d’auditions, cinq journées de concertation territoriale, un hackathon et une consultation numérique. Cette dernière a été organisée à la fois par le ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’Éducation nationale et par celui des Armées, totalisant 76 229 réponses sur la base de questionnaires très proches.

A partir des réseaux sociaux, la consultation du ministère de l’Éducation nationale a totalisé 30 334 réponses, dont 25 349 jeunes de moins de 26 ans.

51% des jeunes se déclarent favorables au SNU ; 27% n’ont pas du tout envie de l’effectuer. 50% s’interrogent sur les conditions de réalisation du SNU, notamment la première phase en hébergement collectif. Parmi les objectifs souhaités pour le SNU figurent le renforcement de la connaissance des droits et devoirs (77%) et la rencontre avec d’autres jeunes de régions et de milieux sociaux différents (76%).

La consultation organisée par le ministère des Armées, lors de plusieurs Journées de défense et citoyennetéCitoyennetéLien social établi entre une personne et l’État qui la rend apte à exercer l’ensemble des droits politiques attachés à cette qualité sous réserve qu’elle ne se trouve pas privée de tout ou partie de cet exercice par une condamnation pénale (privation de droits civiques). Juridiquement, un citoyen français jouit de droits civils et politiques et s’acquitte d’obligations envers la société., a totalisé 45 895 réponses.

75% des jeunes sondés sont favorables aux objectifs du SNU ; 25,3% ont déclaré qu’ils n’ont pas du tout envie de le faire. La rencontre avec d’autres jeunes de régions et de milieux sociaux différents est souhaitée à 90% et le renforcement de la connaissance des droits et devoirs à 82%. 79% considèrent que le SNU leur permettrait de savoir réagir en cas de crise (attaque terroriste, catastrophe naturelle, sensibilisation à l’environnement).

Les enseignements

Le groupe de travail souligne l’importance du rôle de l’évaluation dès la phase de déploiement. Il appelle à prendre en compte des évolutions sociales dans la manière d’organiser la première phase de 15 jours et à tenir la promesse de l’universalité (absence de passe-droit ou d’exemption lors de la première phase obligatoire).

Le groupe recommande une phase exploratoire intensive pendant deux années, portant sur le contenu, les méthodes, faisant une place majeure aux acteurs, et d’abord aux jeunes, dans l’évaluation, la correction, la construction de voies alternatives, avant toute montée en puissance du dispositif.

Mots clés :

Rechercher