Société : quelles conditions de vie pour les familles modestes [20161010]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Société : quelles conditions de vie pour les familles modestes

le 10 10 2016

Dans une enquête publiée en septembre 2016, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) évalue la réalité de la vie sociale des familles modestes qui sans être considérées comme pauvres ne peuvent pourtant pas pleinement participer à la vie sociale.

Les familles modestes doivent contrôler au plus près leurs dépenses et se restreignent particulièrement sur le logement, les dépenses destinées aux enfants, les nouvelles technologies et l’alimentation. Elles préfèrent négocier régulièrement un découvert à la banque plutôt que de recourir aux crédits à la consommation, perçus comme un risque de basculer dans la spirale du surendettement. Du fait de la faiblesse de leur épargne, elles craignent les dépenses imprévues (panne de voiture, etc.) ou non programmées (voyage scolaire, etc.). Elles sont expertes en "bons plans" (recherche de promotions, achats en gros ou d’occasion de vêtements, jeux et jouets, expositions gratuites, etc.) et en stratégies de "débrouille" (recours à internet très fréquent pour faire des économies). Leurs contraintes budgétaires limitent leur fréquentation des magasins et des producteurs locaux, et aussi leur vie culturelle, leurs loisirs et leur sociabilité (inviter une famille chez soi peut représenter une dépense trop importante) ou leur engagement vis-à-vis de personnes plus démunies. Les aides des proches et l’action sociale des employeurs (chèques vacances, tickets restaurant, etc.) compensent en partie la faiblesse de leurs ressources mais toutes les familles modestes n’en bénéficient pas.

Pour mesurer l’exclusion sociale autrement que par la pauvreté monétaire, un budget de référence, intégrant le montant nécessaire pour les dépenses de la vie quotidienne et pour celles qui permettent de participer pleinement à la vie sociale, a été établi à la demande de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes). Les familles modestes disposent de revenus qui se situent entre le seuil de pauvreté et ce budget de référence : soit en 2015, entre 1 000 et 1 424 € mensuels pour une personne seule, entre 1 600 € et 2 599 € pour une famille monoparentale avec deux enfants, entre 2 300 et 3 284€ pour un couple avec deux enfants. Une fois décomptées les dépenses fixes (loyer, énergie, transport, modes de garde…) ainsi que l’alimentation, leur reste à vivre est souvent proche de zéro.

Mots clés :

Rechercher