L’énergie en 2011 : les chiffres clés [20130109]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

L’énergie en 2011 : les chiffres clés

le 9 01 2013 Archives.

Le Commissariat général au développement durableDéveloppement durableDéveloppement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. a publié en décembre 2012 une version actualisée des chiffres clés de l’énergie. Les statistiques, arrêtées au 29 juin 2012, concernent la production, la consommation et les prix des différentes énergies (charbon, pétrole, gaz, électricité, etc.). Un éclairage sur les principales évolutions de la période 1973-2011 est également proposé.

Les industries de l’énergie contribuent à hauteur de 1,7 % du PIB en 2011 et représentent 144 000 emplois, soit 0,6 % de la population active (chiffres 2010). La période 1973-2011 est marquée par la progression de la production nucléaire, le déclin de l’extraction d’hydrocarbures (gaz naturel, pétrole), l’arrêt de la production de charbon en avril 2004, et l’essor, ces dernières années, des énergies renouvelables. En 2011, la production d’énergies renouvelables (électriques et thermiques) s’élève à 14% de la production énergétique nationale. Le bois-énergie en représente 46%, l’hydraulique 20%, les biocarburants 10% et les pompes à chaleur 7%. Les autres filières d’énergies renouvelables (biogaz, solaire thermique et photovoltaïque, éolien, déchets urbains renouvelables, géothermie, etc.) totalisent les 17% restants. La France est en 2011 le deuxième producteur et le deuxième consommateur d’énergies renouvelables en Europe, derrière l’Allemagne.

Entre 1973 et 2011, la structure de la consommation a fortement évolué. La part du charbon est passée de 15% à moins de 4%, celle du pétrole de 68% à 31%, alors que la part du gaz était multipliée par deux (7% à 15%), et celle de l’électricité par dix (4% à 44%). Parmi les consommateurs, la part de l’industrie (y compris sidérurgie) diminue fortement (36% à 21%), celle du secteur résidentiel-tertiaire gagne deux points (42 % à 44%), alors que le secteur des transports progresse significativement de 19% à 32%.

Mots clés :

Rechercher