Sûreté nucléaire : l’audit des 58 réacteurs français| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
  • Imprimer

Sûreté nucléaire : l’audit des 58 réacteurs français

le 18 11 2011 Archives.

A la suite à l’accident de la centrale de Fukushima (Japon) survenu le 11 mars 2011, le Premier ministre a chargé l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de procéder à un audit de sûreté des différentes installations nucléaires françaises. A cette fin, les exploitants nucléaires (EDF, CEA, Areva notamment) ont dû réaliser des examens approfondis ("évaluations complémentaires de sûreté") de l’ensemble de leurs installations, y compris les installations de recherche et d’exploitation du combustible. Une première partie des résultats (concernant 80 installations prioritaires, dont les 58 réacteurs exploités par EDF) a été transmise à l’ASN le 15 septembre 2011. L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) en a réalisé une contre-expertise, publiée le 17 novembre 2011.

Cette contre-expertise livre les conclusions suivantes :

  • Un faible nombre d’installations nucléaires présente des écarts de conformité aux exigences requises qui fragiliseraient leur sureté dans le cadre d’évènements pris en compte dans leur dimensionnement. Des actions correctives sont déjà en cours et seront accélérées.
  • Les évolutions de connaissances doivent conduire à réexaminer certaines exigences de manière anticipée. C’est particulièrement le cas de la prise en compte des séismes pour lesquels la connaissance a beaucoup progressé ces dernières années.
  • La question du comportement des installations nucléaires en cas de catastrophe naturelle extrême envisageable se pose car, en l’état, cela pourrait avoir des conséquences inéluctables, avec à terme la fusion du cœur et des rejets radioactifs.

Face à ces scénarios exceptionnels mais néanmoins envisageables, l’IRSN recommande l’adoption d’un niveau supplémentaire d’exigence de sureté, intitulé "noyau dur", qui garantirait la pérennité des principales fonctions vitales des installations nucléaires durant plusieurs jours, le temps que des moyens externes au site puissent intervenir.

L’ASN, après analyse de ces résultats, présentera ses conclusions à la fin de l’année 2011. Les évaluations complémentaires de sûreté relatives aux autres installations nucléaires doivent être remises à l’ASN au plus tard le 15 septembre 2012.

Mots clés :

Rechercher

200 expressions les plus recherchées

voir les 200 expressions