Tabac, alcool et drogues : une estimation de leur coût social [20150921]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Tabac, alcool et drogues : une estimation de leur coût social

le 21 09 2015 Archives.

L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) évalue, dans une étude publiée le 11 septembre 2015, le coût monétaire des conséquences de la consommation du tabac, de l’alcool, des drogues illégales et du trafic de ces dernières, aussi appelé "coût social".

Le coût social se compose d’un coût externe (valeurs des vies humaines perdues, perte de qualité de vie, pertes de production des entreprises et des administrations) et du coût pour les finances publiques (différence entre les dépenses de prévention, de répression et de soins, et les recettes des taxes sur l’alcool et le tabac ainsi que les pensions de retraite non versées).

Selon l’étude, le coût social de l’alcool et du tabac sont équivalents, 120 milliards d’euros par an, suivi par les drogues illicites, 8,7 milliards. Les drogues illicites engendrent un faible coût social en comparaison du tabac et de l’alcool parce qu’elles sont moins consommées (respectivement 300 000 consommateurs réguliers d’opiacés et de stimulants et/ou personnes qui s’injectent une drogue, 13,4 millions de fumeurs quotidiens et 3,8 millions de consommateurs d’alcool à problèmes). Toutefois, les drogues illicites engendrent un fort coût social par consommateur (28 953 euros contre 8 959 euros pour le tabac et 31 688 euros pour l’alcool).

Chaque année, l’État doit payer 14 milliards d’euros pour le tabac, 4,9 milliards d’euros pour l’alcool et 2,4 milliards d’euros pour les drogues illicites. Ainsi, 33% du déficit budgétaireDéficit budgétaireSolde négatif du budget de l’Etat. serait constitué par l’impact négatif des drogues sur les finances publiques. Les recettes de taxation du tabac et de l’alcool sont inférieures au "coût des soins" (respectivement 25,9 milliards d’euros et 8,5 milliards d’euros). La taxation sur le tabac ne représente que 40% du coût des soins des maladies engendrées par le tabac, les taxes sur le tabac sont également insuffisantes à couvrir le coût des soins engendrés par ce dernier (37%).

Rechercher