Transferts sociaux : comment corrigent-ils les inégalités sur le territoire ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

Imprimer

Transferts sociaux : comment corrigent-ils les inégalités sur le territoire ?

le 8 11 2017

Les inégalités de revenus des ménages varient sensiblement selon les régions. A l’intérieur même de certaines régions, elles sont très fortes. Sans les transferts sociaux, c’est-à-dire les prestations sociales et les impôts, ces inégalités seraient encore bien plus importantes. C’est ce que révèle une étude de l’Insee du 6 novembre 2017.

Les transferts sociaux réduisent davantage les inégalités en région parisienne, dans le Nord et en PACA

Les disparités de niveaux de vie entre les plus aisés et les plus modestes ne sont pas homogènes sur le territoire. Certaines régions sont plus inégalitaires. Si on tient compte du revenu fiscal 2014 des ménages, c’est le cas particulièrement de l’Ile-de France, de la Provence- Alpes-Côte d’Azur (PACA) et des Hauts-de -France. Dans ces régions, les ménages les plus aisés déclarent plus ou près de 7 fois plus de revenus que les plus modestes. A l’opposé, la Bretagne et les Pays de la Loire sont les moins inégalitaires.

Selon l’Insee, une fois pris en compte les prestations sociales et déduit les impôts, les écarts de revenus ne disparaissent pas mais permettent de réduire partout les inégalités. Cette réduction est toutefois plus marquée dans les régions les plus inégalitaires.

Et divisent par deux les inégalités à Paris, en Seine-Saint-Denis et dans les Bouches-du-Rhône

La réduction des disparités de revenus par l’effet des prestations sociales et des impôts est plus forte dans les territoires qui comptent le plus de personnes pauvres. Ainsi, à Paris, en Seine-Saint-Denis et dans les Bouches-du-Rhône, lorsqu’on passe du revenu fiscal au revenu disponible (après transferts sociaux), les inégalités monétaires sont divisées de moitié ou presque. Il en va de même pour les Pyrénées-Orientales et le Nord.

Source : Insee

A l’inverse dans d’autres départements, les transferts sociaux diminuent plus faiblement les disparités de revenus qui étaient déjà moins fortes au départ (Vendée, départements bretons et des Pays de la Loire, Manche, Calvados, sud du Massif central).

Pour les 10% de la population aux revenus les plus bas (1er décile), les prestations sociales représentent une part importante de leur budget. Cette part atteint 49,8 % pour les Hauts-de-France.

Rechercher