Transport ferroviaire : un bilan mitigé pour la ponctualité en 2016| vie-publique.fr | Actualités | En bref

Imprimer

Transport ferroviaire : un bilan mitigé pour la ponctualité en 2016

le 24 03 2017

Dans un communiqué publié le 15 mars 2017, l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) estime à plus de 2 milliards de minutes le temps perdu chaque année par l’ensemble des voyageurs ferroviaires à cause des retards des trains en France. Le coût économique pour la collectivité nationale représente plus de 1,5 milliard d’euros par an.

Plus des deux tiers de ces pertes de temps concernent les trajets au “quotidien” (trains express régionaux - TER - ou trains de banlieueBanlieueTerritoire autour d’une ville (à l’origine situé à une lieue autour de la ville). en Île-de-France et autour des grandes agglomérations françaises). En revanche, les performances françaises en matière de ponctualité sont dans la moyenne ouest-européenne pour les TGV et les trains intercités.

L’AQST a également publié une étude sur les causes des retard dans les TER en 2016.

Au niveau national (hors Paca), les causes de retard des TER sont liées à une hausse du nombre de causes “externes” (au transport ferroviaire) aux mois de juin et de novembre (inondations, grèveGrèveArrêt du travail par les salariés d’une entreprise ou d’un service pour la défense de leurs intérêts communs. nationale, intempéries au cours de l’automne).

A l’échelle régionale, l’AQST souligne une forte disparité de la répartition des causes, renforcée par les différences entre niveaux de trafic. Ces retards varient fortement en fonction des régions (de 4,8% en Alsace à 15,1 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur).

Mots clés :

Rechercher