Travail en Europe : 1er bilan de l’ouverture à l’Est| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Travail en Europe : 1er bilan de l’ouverture à l’Est

le 9 02 2006 Archives.

Le 8 février 2006, la Commission européenne a présenté son premier rapport sur l’état des lieux du régime transitoire concernant la libre circulation des travailleurs en provenance des nouveaux États membres. Seuls la Suède, l’Irlande et le Royaume-Uni ont ouvert leur marché du travail aux nouveaux citoyens européens de l’Est en mai 2004, les autres pays membres ayant opté pour des mesures nationales d’une durée de 2 ans. Une clause de rendez-vous avait été prévue en 2006 pour réévaluer la situation.

Dans son rapport, la Commission estime que les flux de travailleurs des États membres d’Europe centrale et orientale vers les Quinze ont eu des effets essentiellement positifs et ont été, dans la plupart des pays, quantitativement moins importants que prévu. Les travailleurs originaires des nouveaux pays membres ont contribué à la réduction des pénuries de main-d’œuvre et à l’amélioration des résultats économiques en Europe. L’étude souligne les effets secondaires négatifs des mesures transitoires, comme le travail au noir et la sous-traitance malhonnête.

Les pays ont jusqu’au 30 avril 2006 pour maintenir, ou non, leurs restrictions pour 3 années supplémentaires. Le rapport a été conçu pour permettre aux États membres de décider s’ils souhaitent continuer de soumettre la circulation des travailleurs à des restrictions nationales en se fondant sur des données factuelles.

Rechercher