Imprimer

Union européenne : protestations contre la pêche électrique

le 22 juin 2018

Le 18 juin 2018, les pêcheurs traditionnels ont protesté dans plusieurs ports contre la pêche électrique. Des actions ont été menées en France, Belgique, Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Italie alors que les ministres européens de la pêche étaient réunis à Luxembourg. A l’ordre du jour de cette rencontre figuraient la mise à jour du règlement sur les contrôles des activités de pêche et le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) 2021-2027.

Une technique de pêche décriée

Interdite dans de nombreux pays, la pêche électrique consiste à capturer des poissons à l’aide d’un courant électrique. Des décharges sont envoyées dans le sédiment afin de capturer les poissons plats (soles, limandes, carrelets, etc.). Cette méthode est critiquée pour son impact sur les poissons : ces derniers montrent souvent des brûlures, des ecchymoses et des déformations du squelette consécutives à l’électrocution. La pêche électrique se distingue également par son caractère non sélectif, atteignant sans distinction tous les organismes à portée de l’impulsion. En mer du Nord, où elle est pratiquée depuis une dizaine d’années, les ressources halieutiques de la zone se raréfient, en particulier les stocks de soles et de plies.

Débats au sein de l’UE sur l’interdiction de la pêche électrique

La pêche électrique a été interdite au sein de l’Union européenne en 1998. Contre l’avis du Comité scientifique, technique et économique des pêches (CSTEP) auprès de la Commission, cette interdiction s’est muée en dérogation en 2006. Puis, en 2013, le règlement de 1998 a été amendé pour inscrire le principe des dérogations dans la loi, permettant ainsi aux États membres d’équiper d’électrodes jusqu’à 5% de leur flotte de chaluts à perche.

Les Pays-Bas sont les principaux bénéficiaires de ces dérogations. Selon le registre des flottes européennes, 28% de la flotte néerlandaise est équipée en filets électriques, soit 84 bâtiments.

Le 21 novembre 2017, la commission de la pêche du Parlement européenParlement européenInstitution de l’Union européenne représentant les citoyens des États membres a voté un possible élargissement de cette pratique. Le rapporteur du ParlementParlementOrgane collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat., Gabriel Mato, n’ayant pas obtenu de mandatMandatDurée d’exercice d’une fonction élective de négociation de la part de la commission parlementaire pour entamer des pourparlers avec le Conseil sur ce dossier, le règlement sur les "mesures techniques de la politique commune de la pêche" a été soumis à un vote en plénière le 16 janvier 2018. Dans le cadre de ce vote, une soixantaine d’eurodéputés ont déposé quatre amendements visant à interdire totalement ce mode de pêche. Le 16 janvier 2018, les quatre amendements ont été adoptés à une large majorité (402 voix pour, 232 contre et 40 abstentions).

Depuis, le Parlement européen, le Conseil des ministresConseil des ministresFormation collégiale réunissant l’ensemble des ministres. et la Commission européenne n’ont pas réussi à statuer sur l’avenir de la pêche électrique.

Rechercher